Skip to main content

Cerca

Elementi taggati con: libre


 

Google suit ses utilisateurs mme avec la localisation dsactive


Voici comment la supprimer:

https://www.journaldugeek.com/2018/08/14/google-suit-utilisateurs-meme-localisation-desactivee/

#google #GAFAM #GAFA #GAFAMI #siliconvalley #california #californie #news #tech #technology #technologie #libre #opensource #android #androd #internet #info #infos #franais #french #france #belgique #canada #suisse #monaco #luxembourg #afrique #mali #ctedivoire #togo #bnin #rdc #RDC #congo #Congo #tchad #maroc #morocco #algrie #algeria #tunisie #sngal #senegal #guine #guinea #cameroun #cameroon #liban #lebanon #roumanie #romania #article #polynsie #qubec #hati #haiti #tatsunis #USA #US #maps #map #carte #mappy #OSM
Google suit ses utilisateurs même avec la localisation désactivée

 

EDF et Mozilla Firefox : paiement en ligne foireux li aux cookies de marketeux en folie, la solution, la botte secrte.


Vous tes client chez EDF et vous voulez rgler votre facture en ligne ?

Il se peut quau moment deffectuer votre rglement, vous vous trouviez face au sympathique message que voil :
Depuis le navigateur Mozilla Firefox, le paiement en ligne est temporairement indisponible. Vous pouvez rgler votre facture : en ligne depuis un autre navigateur, sur lappli EDF & MOI par carte bancaire ou par tlphone au
Suit alors une indication vous prcisant quil est possible que le problme soit li au fait que votre navigateur Firefox naccepte pas les cookies. Seulement, vous avez beau vrifier, il les accepte bien En tout cas ceux des sites visits, donc ceux dEDF et ceux de votre banque sil doit y avoir une redirection vers celui-ci pour du paiement scuris. Surtout quen temps normal tous les autres sites avec paiement en ligne fonctionnent parfaitement

En fait, le problme est effectivement li lacceptation des cookies, mais ceux des sites tiers ! _"

Par dfaut, les cookies tiers et les donnes de sites tiers sont dsactivs dans Mozilla Firefox (et cest en gnral plutt une bonne chose).

Pour les activer temporairement si vous tenez absolument poursuivre votre paiement en ligne et malgr le fait que cela va vous ramener des cookies de socits qui nont rien voir avec EDF ou avec votre banque :
- Via le bouton Menu de Firefox, cliquez sur Prfrences puis, gauche, sur le panneau Vie prive et scurit .
- Recherchez la section Cookies et donnes de sites .
- Au niveau du paramtre Accepter les cookies tiers et les donnes de sites tiers , slectionner Toujours .

On pensera repositionner ce paramtre sur Jamais une fois le paiement termin.

Et maintenant que notre paiement auprs dEDF est ralis, ceci malgr le savoir-faire ingal des dveloppeurs du site, voyons voir un peu quels taient ces fameux cookies qui savraient rigoureusement indispensables notre transaction.

Si lon a pris soin deffacer ses traces (et donc les cookies) avant de se connecter au site dEDF pour payer, Mozilla Firefox nous indiquera que nous avons rcolt les cookies suivants une fois notre paiement ralis :

-www.google.com-edf.fr-particulier.edf.fr-aureus-payment.multimediabs.com-edf-portal.billpayment.fr-doubleclick.net-cstatic.weborama.fr-weborama.fr-halc.iadvize.com-facebook.com-### Un cookie du site de votre banque ###-crm4d.com-p.crm4d.com
Parmi les cookies qui peuvent poser question, on aura bien sr google.com (WTF !) et facebook.com (WTF !!!) qui savent donc probablement que vous venez de payer votre facture.

Immagine/foto



Ceux dEDF et de votre banque sont bien sr lgitimes.

Les autres par contre sont un peu plus obscurs au premier abord.

Nous avons donc pour commencer aureus-payment.multimediabs.com . Un petit whois sur ce domaine nous indique quil est dpos chez Gandi (soit) et en rapport avec Orange Applications for Business .

Ensuite nous trouvons DoubleClick qui est une rgie publicitaire appartenant Google.

Puis cest le tour de Weborama, entreprise spcialise dans la collecte de donnes marketing et la diffusion de campagnes publicitaires en ligne (profilage de consommateurs, services de marketing digital).

Aprs a cest iAdvize, une plateforme de commerce conversationnel de la socit Iris Capital qui est une bote de capital-investissement en lien avec Orange et Publicis. Il semblerait, de ce que je comprends, que ce soit li au SMS envoy pour le paiement scuris, donc un truc lgitime.

Et puis pour finir, ce sont des cookies de la solution CRM4D propose par la socit Graphinium (stratgie marketing et return on investment ).

Donc sur 13 cookies qui ont t placs dans le navigateur en visitant uniquement le site dEDF, dont certains soi-disant pour le bon fonctionnement du paiement en ligne, nous en avons en fait 6 qui sont rellement utiles et les autres qui servent nous ficher pour des raisons officiellement marketing.

Je rsume les 7 intrus qui sont :
-www.google.com-doubleclick.net-cstatic.weborama.fr-weborama.fr-facebook.com-crm4d.com-p.crm4d.com
Merci. De rien. Au-revoir Messieurs Dames.
#EDF #Firefox #Mozilla #paiement #bug #cookie #cookies #CookiesDgueulasses #JeChieDesCookiesPourLeMarketing #intrus #pistage #solution #logiciel #libre #LogicielLibre #informatique #GAFAM #FoutageDeGueule #JeDevAvecLesPieds #CauchemardSurLeWeb #Marketeux #Marketing #commerce #CarteBancaire #CarteBleue #liste #Perceval #BotteSecrte #VieDeMerde #PleinDeTagsSiJeVeux #EncoreUnTagInutile #YEnAMarre #OnEnAGros

 

EDF et Mozilla Firefox : paiement en ligne foireux li aux cookies de marketeux en folie, la solution, la botte secrte.


Vous tes client chez EDF et vous voulez rgler votre facture en ligne ?

Il se peut quau moment deffectuer votre rglement, vous vous trouviez face au sympathique message que voil :
Depuis le navigateur Mozilla Firefox, le paiement en ligne est temporairement indisponible. Vous pouvez rgler votre facture : en ligne depuis un autre navigateur, sur lappli EDF & MOI par carte bancaire ou par tlphone au
Suit alors une indication vous prcisant quil est possible que le problme soit li au fait que votre navigateur Firefox naccepte pas les cookies. Seulement, vous avez beau vrifier, il les accepte bien En tout cas ceux des sites visits, donc ceux dEDF et ceux de votre banque sil doit y avoir une redirection vers celui-ci pour du paiement scuris. Surtout quen temps normal tous les autres sites avec paiement en ligne fonctionnent parfaitement

En fait, le problme est effectivement li lacceptation des cookies, mais ceux des sites tiers ! _"

Par dfaut, les cookies tiers et les donnes de sites tiers sont dsactivs dans Mozilla Firefox (et cest en gnral plutt une bonne chose).

Pour les activer temporairement si vous tenez absolument poursuivre votre paiement en ligne et malgr le fait que cela va vous ramener des cookies de socits qui nont rien voir avec EDF ou avec votre banque :
- Via le bouton Menu de Firefox, cliquez sur Prfrences puis, gauche, sur le panneau Vie prive et scurit .
- Recherchez la section Cookies et donnes de sites .
- Au niveau du paramtre Accepter les cookies tiers et les donnes de sites tiers , slectionner Toujours .

On pensera repositionner ce paramtre sur Jamais une fois le paiement termin.

Et maintenant que notre paiement auprs dEDF est ralis, ceci malgr le savoir-faire ingal des dveloppeurs du site, voyons voir un peu quels taient ces fameux cookies qui savraient rigoureusement indispensables notre transaction.

Si lon a pris soin deffacer ses traces (et donc les cookies) avant de se connecter au site dEDF pour payer, Mozilla Firefox nous indiquera que nous avons rcolt les cookies suivants une fois notre paiement ralis :

-www.google.com-edf.fr-particulier.edf.fr-aureus-payment.multimediabs.com-edf-portal.billpayment.fr-doubleclick.net-cstatic.weborama.fr-weborama.fr-halc.iadvize.com-facebook.com-### Un cookie du site de votre banque ###-crm4d.com-p.crm4d.com
Parmi les cookies qui peuvent poser question, on aura bien sr google.com (WTF !) et facebook.com (WTF !!!) qui savent donc probablement que vous venez de payer votre facture.

Immagine/foto



Ceux dEDF et de votre banque sont bien sr lgitimes.

Les autres par contre sont un peu plus obscurs au premier abord.

Nous avons donc pour commencer aureus-payment.multimediabs.com . Un petit whois sur ce domaine nous indique quil est dpos chez Gandi (soit) et en rapport avec Orange Applications for Business .

Ensuite nous trouvons DoubleClick qui est une rgie publicitaire appartenant Google.

Puis cest le tour de Weborama, entreprise spcialise dans la collecte de donnes marketing et la diffusion de campagnes publicitaires en ligne (profilage de consommateurs, services de marketing digital).

Aprs a cest iAdvize, une plateforme de commerce conversationnel de la socit Iris Capital qui est une bote de capital-investissement en lien avec Orange et Publicis. Il semblerait, de ce que je comprends, que ce soit li au SMS envoy pour le paiement scuris, donc un truc lgitime.

Et puis pour finir, ce sont des cookies de la solution CRM4D propose par la socit Graphinium (stratgie marketing et return on investment ).

Donc sur 13 cookies qui ont t placs dans le navigateur en visitant uniquement le site dEDF, dont certains soi-disant pour le bon fonctionnement du paiement en ligne, nous en avons en fait 6 qui sont rellement utiles et les autres qui servent nous ficher pour des raisons officiellement marketing.

Je rsume les 7 intrus qui sont :
-www.google.com-doubleclick.net-cstatic.weborama.fr-weborama.fr-facebook.com-crm4d.com-p.crm4d.com
Merci. De rien. Au-revoir Messieurs Dames.
#EDF #Firefox #Mozilla #paiement #bug #cookie #cookies #CookiesDgueulasses #JeChieDesCookiesPourLeMarketing #intrus #pistage #solution #logiciel #libre #LogicielLibre #informatique #GAFAM #FoutageDeGueule #JeDevAvecLesPieds #CauchemardSurLeWeb #Marketeux #Marketing #commerce #CarteBancaire #CarteBleue #liste #Perceval #BotteSecrte #VieDeMerde #PleinDeTagsSiJeVeux #EncoreUnTagInutile #YEnAMarre #OnEnAGros

 

GNU Linux-libre 4.18-gnu


https://lists.gnu.org/archive/html/info-gnu/2018-08/msg00003.html

GNU Linux-libre 4.18-gnu sources and tarballs are now available at http://www.fsfla.org/selibre/linux-libre/download/releases/4.18-gnu/. It didn't require any deblobbing changes since -rc6-gnu. Binaries are expected to show up over the next few days.

#gnu #linux #libre

 
So it is happening.

#Microsoft is already killing #free #software. One of the two maintainers of #OpenMW, maybe the biggest #FOSS #game #engine rewrite, has left the project because of the #GitHub acquisition. I knew him, I worked with him, he put years of hard work and #love into the #project. He, along with the whole community, taught me maybe as much about #gamedesign and #opensource #collaboration as my whole #school studies. I genuinely loved the project. No one knows what's going to happen next, but I know I won't be able to help the project anywhere else than on the grounds of a free #platform.

It's ironic that #Bethesda just announced a new #TES sequel.

#sad #libre #freegamers #deletegithub


 
So it is happening.

#Microsoft is already killing #free #software. One of the two maintainers of #OpenMW, maybe the biggest #FOSS #game #engine rewrite, has left the project because of the #GitHub acquisition. I knew him, I worked with him, he put years of hard work and #love into the #project. He, along with the whole community, taught me maybe as much about #gamedesign and #opensource #collaboration as my whole #school studies. I genuinely loved the project. No one knows what's going to happen next, but I know I won't be able to help the project anywhere else than on the grounds of a free #platform.

It's ironic that #Bethesda just announced a new #TES sequel.

#sad #libre #freegamers #deletegithub


 

Le système de sécurité des Tesla devient open source


https://www.presse-citron.net/systeme-securite-tesla-devient-open-source/

#libre #librisme #open #opensource #internet #tesla #voiture #car #technologie #tech #technology #california #californie #siliconvalley #sécurité #système #system #OS #linux
Le système de sécurité des Tesla devient open source

 
Immagine/foto
Immagine/foto
[#Astuce] « Voici la dernière version de mon #mémo expliquant le fonctionnement de mon #bot #libre sur les #réseauxsociaux ! Parce que je ne fais pas confiance aux outils propriétaires pour ma veille... » https://www.svtux.fr/svtux/svtuxboxproject/DOCS/Publier_RSS-vers-Reseaux-sociaux.pdf … #vieprivée #logicielslibres #EMI

 

Deux Français réinventent la mode éthique en aidant les travailleuses du textile en Inde


https://mrmondialisation.org/deux-francais-reinventent-la-mode-ethique/

#france #Inde #textile #tissu #tech #technologie #société #association #asie #asia #india #francophonie #libre #éthique #mode #design #travail
Deux Français réinventent la mode éthique en aidant les travailleuses du textile en Inde

 
PeerTube : Framasoft lance son alternative Libre à YouTube

À l’image des autres GAFAM, YouTube (possédé par Google depuis 2006) s’immisce chaque jour un peu plus dans la vie privée des citoyens et des citoyennes du monde entier tout en vendant du « temps de cerveau disponible » aux annonceurs si bien que leur univers se rapproche chaque jour un peu plus de ce qu’on nous sert déjà à la télévision. Avec PeerTube, Framasoft a pour ambition de montrer qu’un autre internet, celui de la contribution, est possible. En fait, l’Internet comme il l’était à l’origine : LIBRE. Pouhiou*, chargé de communication chez Framasoft nous explique ce projet tant attendu du monde militant ainsi que « pourquoi le défi d’un internet libre et décentralisé est devenu un véritable enjeu de société ».

Mr Mondialisation : Cher Pouhiou, pourquoi estimez-vous nécessaire de développer un système d’hébergement de vidéo alternatif à YouTube aujourd’hui ?

Pouhiou : Le YouTube de Google symbolise assez bien tout ce qu’il y a de toxique dans les grandes plateformes qui centralisent nos attentions et nos données (on peut également citer parmi elles le Dailymotion de Vivendi-Universal, Facebook Vidéos, etc.) On voit bien que le grand gagnant de YouTube, c’est Google : avec sa position hégémonique, Google fait la loi sur ce que l’on regarde, tel un ORTF 2.0.

Google décide des règles du jeu, avec par exemple ContentID, son « robocopyright » qui filtre les contenus de manière arbitraire, qui favorise les industries culturelles, et figure régulièrement dans la chronique « Copyright Madness » tant ses dérives automatisées sont nombreuses. [À noter que Mr Mondialisation fut à plusieurs reprises victime de cette forme de censure sur Youtube]

Google décide aussi de quels contenus seront mis en avant, que ce soit pour nous entraîner dans une boucle de vidéos de plus en plus extrémistes (comme le rapporte une personne ayant travaillé sur cet algorithme), ou plus simplement pour plaire aux annonceurs en démonétisant les vidéos de femmes qui parlent de leur corps et de leurs sexualités (et qui ont protesté avec #MonCorpsSurYouTube).

Enfin, Google tente de maîtriser ce que nous faisons de notre temps de vie. Vous avez déjà vécu cette « spirale YouTube » où vous ne vouliez voir qu’une vidéo YouTube et l’instant d’après il est 3h du matin, et vous n’avez pas vu le temps passer…? C’est un effet volontaire du design de YouTube, et une des nombreuses techniques expliquées par un ex-éthicien du design chez Google, Tristan Harris.

Le problème est double. D’une part, avec YouTube, Google a réussi à centraliser nos créations et donc nos attentions. Comme on y trouve de tout, c’est là qu’on va chercher nos vidéos. D’autre part, Google a intimement lié un outil de diffusion des vidéos (YouTube) à un modèle économique, celui de la pub, de l’économie de l’attention. Mais en vrai, on n’est pas obligé·e·s de faire comme Google, de s’enfermer dans son modèle.


CC-By-SA LILA https://libreart.info/fr/
Mr Mondialisation : En quoi PeerTube se distinguera alors de l’existant dans son fonctionnement ?

Pouhiou : PeerTube a été pensé pour que chacun·e puisse se réapproprier ses moyens de diffusion. Pour paraphraser John Lennon, c’est du « Software To The People ».

Le principe, c’est que PeerTube n’est pas une plateforme unique : c’est un logiciel, que l’on installe sur un serveur, afin de créer son vidéo-tube maison… Si vous créez votre instance PeerTube, vous pourrez choisir de la relier aux autres instances, histoire de ne pas rester isolé·e sur votre coin de la toile, de partager vos catalogues de vidéos. Et, en hébergeant votre instance PeerTube (ou celle de votre média, votre association, votre institution, votre collectif artistique, etc.) vous reprenez le pouvoir !

Par exemple : l’IUT d’Orsay a ouvert son instance PeerTube sur laquelle les enseignant⋅e⋅s ou étudiant⋅e⋅s autorisé⋅e⋅s peuvent mettre en ligne leurs vidéos. D’un autre côté, l’Académie de Lyon a aussi ouvert une instance PeerTube. Ces deux instances du logiciel PeerTube peuvent être connectées entre elles. De cette façon, les étudiants de l’IUT d’Orsay peuvent chercher et regarder depuis *leur* portail les vidéos présentes sur le portail de l’académie de Lyon, sans avoir à changer de site web. Maintenant, imaginez que des dizaines ou centaines de structures éducatives fassent de même : on aurait des portails « Vidéos éducatives » comprenant des dizaines de milliers de vidéos fédérées, sans avoir à centraliser toutes les vidéos au même endroit. Évidemment, on peut imaginer d’autres portails vidéos sur d’autres thématiques (la politique, la science, les jeux vidéos, etc.)

Mais comme on dit : un grand pouvoir implique de grandes responsabilités… Si sur votre instance PeerTube, vous hébergez des contenus illicites, c’est vous que la Justice viendra voir ! C’est pour cela que, lorsqu’une personne prend la responsabilité d’héberger des vidéos, elle a le pouvoir de choisir ses règles du jeu, ses conditions d’utilisation, et de pratiquer sa modération. Vous pouvez, d’ores et déjà, créer « BlueTube » et exiger que toutes les vidéos téléversées soient bleues. Plus prosaïquement, il y a un QueerTube qui est en train de se faire, afin que les communautés LGBTQ+ aient un espace sécurisé où poster et partager leurs vidéos, tandis que des vidéastes (Datagueule, Thinkerview), des villes (comme celle de Fontaine), des organismes d’éducation ont également créé leur instance PeerTube. Tiens on peut même ajouter le tout récent exemple de Blender qui vient de s’installer une instance pour tester PeerTube, tellement YouTube leur était pénible par ses exigences de monétisation.

Tout l’enjeu a été de concevoir le logiciel PeerTube afin de véritablement démocratiser l’hébergement de vidéos. Google a besoin d’énormes fermes de serveurs pour centraliser les vidéos (et les attentions) du monde entier. Mais Internet est capable de faire bien mieux que cela !

En utilisant un système de Fédération (le protocole ActivityPub) on peut mettre en commun nos catalogues de vidéos, alors que chaque instance n’héberge que ses propres vidéos sur ses disques durs. De même, la diffusion de vidéos en pair-à-pair (propulsée par la technologie WebTorrent) permet de délester le serveur lorsqu’une vidéo devient virale… Enfin, en ce qui concerne la rémunération des créateur·ice·s de vidéos, PeerTube est techniquement neutre. Il n’y a, pour l’instant, qu’un bouton « soutenir » sous chaque vidéo. C’est à la personne qui a téléversé cette vidéo de choisir ce qu’elle met derrière ce bouton : cela peut être un lien Paypal, Liberapay ou Tipeee, mais aussi une injonction à contacter ses député·e·s ou un mot disant « Si vous avez aimé cette vidéo, envoyez une jolie carte postale à ma grand-mère » !

En fait, le logiciel PeerTube a été pensé, jusque dans son code, hors des sentiers battus et rebattus par Google. Car il est possible de faire, ensemble, un Internet plus mature, plus responsable et donc plus éthique.

Mr Mondialisation : Vous insistez sur deux aspects : le caractère libre et décentralisé de la plateforme. En quoi ce sont des principes politiques, c’est-à-dire qu’ils n’intéressent pas seulement les internautes, mais aussi tous les citoyens et les citoyennes ?

Pouhiou : Un logiciel libre, c’est une condition nécessaire à notre émancipation numérique. Car ce n’est pas le logiciel qui est libre : c’est nous, citoyennes et citoyens ! Un logiciel est dit « libre » lorsqu’il est accompagné d’une licence (donc un contrat, légalement opposable et ouvert à quiconque) qui garantit les libertés fondamentales des utilisateurs et utilisatrices de ce logiciel. Lorsqu’il y a une licence libre, nous sommes sûr·e·s que nous pouvons utiliser le logiciel comme bon nous semble, l’étudier (pour voir s’il n’y a pas de failles ni de portes dérobées, par exemple), le modifier et le diffuser à volonté.

L’idée derrière tout cela, c’est que les humain·e·s restent en maîtrise de la machine, et non l’inverse. Si vous trouvez qu’il manque quelque chose à PeerTube, vous avez le droit de coder une nouvelle fonctionnalité (ou de la faire coder !). Si, un jour, vous n’avez plus confiance en Framasoft et à la direction donnée à PeerTube, vous pouvez « fourcher » le projet, c’est-à-dire développer un « AutrePeerTube », et donc influencer sa gouvernance (comme cela a pu arriver avec LibreOffice, le fourchage de la suite bureautique OpenOffice).

Si l’aspect Libre est une condition nécessaire à l’émancipation des personnes, elle n’est pas suffisante. Chaque jour, nous prenons graduellement conscience des dérives de la centralisation de nos données. Les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft), et plus généralement les « big data » centralisent tellement nos usages, nos informations sociales et nos attentions qu’elles sont en position hégémonique. Ces entreprises exercent sur nous une triple domination : économique (ce sont les plus grosses puissances financières mondiales), technologique (elles peuvent acheter, freiner et diriger les innovations) et politique (lobbyisme, influence culturelle et sociale… les exemples se succèdent chaque jour !).

Les révélations d’Edward Snowden nous ont montré combien il est tentant, lorsqu’on est une grande puissance politique, d’aller frapper à la porte de Facebook, Microsoft ou Google, où nous avons toutes et tous confié les traces de nos vies, de nos échanges. Plus nous essaimerons nos données personnelles et sociales, plus il sera difficile et coûteux de nous espionner, de nous diriger, et ce que ce soit pour des entreprises ou des pouvoirs politiques

Une alternative plus éthique et plus mature passe forcément par la décentralisation : comme on disait dans le hameau ariégeois de mon enfance « il ne faut pas mettre tous ses œufs toutes ses datas dans le même panier ! ».

Mr Mondialisation : Concrètement, avec les moyens (très) modestes qui sont les vôtres, comment entendez-vous tenir tête à YouTube ? N’est-ce pas David contre Goliath ?

Pouhiou : Comment ? Déjà en prenant le temps de faire les choses bien, et collectivement. PeerTube n’est pas un « Youtube-killer », certainement pas aujourd’hui. À ses balbutiements, le logiciel était déjà prometteur. Avec l’aide de notre communauté, nous l’avons mené jusqu’à une version bêta, rendue publique en mars dernier.

Aujourd’hui, plus de cent instances publiques diffusent et partagent plus de 10 000 vidéos. Cette bêta nous a permis de démontrer que le logiciel fonctionne, que ses principes sont solides, et qu’il y a une attente, une envie de le voir grandir. Cela nous a aussi permis de récolter les attentes, les retours, les envies des gens qui s’y intéressent, afin de co-construire la feuille de route de son développement.

Mais PeerTube n’est pas encore dans sa v1, sa première version stable ! Il lui manque des fonctionnalités essentielles, telles que les sous-titres de vidéos, la possibilité d’afficher plusieurs langues dans l’interface, un module de recherche avancée ou la facilitation de l’import des vidéos depuis d’autres plateformes. C’est pour cela que nous faisons appel à la générosité commune dans une financement participatif : nous avons besoin de moyens pour poursuivre son développement, ainsi que de personnes qui sauront s’intéresser à cette alternative et la faire connaître autour d’elles.

Plus que le combat biblique de David contre Goliath, je pense que nous sommes dans la métaphore de la fourmi qui vit à côté du dinosaure. Seule, la fourmi ne va pas pouvoir faire grand-chose. Mais si nous nous y mettons à plusieurs fourmilières, si on creuse assez de canaux entre nous, alors nous avons une chance de laisser le dino fossiliser dans son coin, et de ne plus avoir besoin de lui ! Oui, je sais, cela peut paraître utopiste : ça tombe bien, à Framasoft nous nous revendiquons comme Utopistes ! D’ailleurs, PeerTube est une des douze actions de notre feuille de route 2017-2020, que nous avons nommée Contributopia … tout un programme, non ?

Le but, avec PeerTube, c’est de créer une alternative : à l’image des personnes qui n’ont pas voulu croire que l’alimentation se réduit à Carrefour-Monsanto-MacDo et qui se sont organisées pour créer des réseaux d’AMAP, du circuit-court, de l’agriculture raisonnée, etc. Cette alternative ne va pas forcément remplacer YouTube-Daily-Viméo-FBvidéos (même si j’espère que, d’ici 5 ans, ces dinosaures prédateurs tomberont en désuétude). En fait, on veut participer à la construction d’un réseau résilient d’intelligences collectives plutôt que de dépendre d’un mastodonte avec un seul cerveau. Car si PeerTube existe, devient pratique, facile et utilisé, alors nous aurons gagné notre pari : sortir de cet « internet-à-choix-unique », où les plateformes centralisatrices sont notre seule option, et ce « mal nécessaire » auquel nous succombons tous.

Alors oui, il reste du boulot, et ça n’arrivera pas du jour au lendemain (ni même lors de la version 1, prévue pour octobre 2018 si le financement réussit). Ce n’est pas grave, car à Framasoft, on a un slogan : « La route est longue, mais la voie est Libre ! »

Mr Mondialisation : De manière générale, que pensez-vous des évolutions les plus récentes du web, que ce soit la chasse aux fake-news ou le RGPD ? Assistons nous à une grande bataille pour la liberté sur internet ?

Pouhiou : Nous assistons au moins à une grande prise de conscience des enjeux du numérique.

Il faut se rendre compte que le numérique, et plus particulièrement Internet, sont des évolutions très récentes dans nos civilisations. Face au numérique, nous avons d’abord été des enfants, enthousiastes, expérimentant, empli·e·s de rêves et d’idéaux. Chacun·e a fait un peu tout et n’importe quoi à l’époque des pages persos, de la blogosphère, et des partages culturels à torrents.

Là, nous sortons à peine d’une adolescence difficile. Pendant que nous étions encore dans l’innocence, l’économie de marché a pullulé en ligne, s’est emparée d’un peu tout, a centralisé nos créations, nos échanges et nos attentions. Shoshana Zuboff, Aral Balkan ou encore Christophe Masutti décrivent très bien les mécanismes du « capitalisme de surveillance » un capitalisme qui n’essaie plus de s’adresser à un consommateur, une consommatrice, mais bien de diriger les envies et les actions de groupes sociaux entiers (voire de peuples, dans les cas les plus effrayants).

En tant que jeunes adultes du numérique, nous commençons à prendre conscience de là où nous a mené notre innocence, notre confiance aveugle : des révélations d’Edward Snowden en 2013 au tout récent scandale Cambridge Analytica, il n’est plus possible de fermer les yeux sur la place qu’a prise le numérique dans nos vies, ni sur les dérives systémiques du capitalisme de surveillance.

Forcément, cette prise de conscience se ressent aussi dans l’échiquier politicien, que ce soit avec des lois telles que le RGPD, dont on espère que les conséquences seront tenues fermement, ou avec des lois anti-fake-news où le remède pourrait bien être pire que le mal, suivant comment elles sont écrites et appliquées. De plus, avec le jeu des lobbies, le pouvoir politique fait souvent le grand écart : on le voit avec l’Europe qui d’un côté attaque Google avec des lois anti-trust ou établit le RGPD, et qui d’un autre s’apprête à voter le filtrage d’Internet avec l’article 13 de la directive sur le droit d’auteur.

Nombre de militant·e·s du logiciel libre couvrent ces sujets (La Quadrature du Net,l’April, etc.). Notre travail, à Framasoft, est complémentaire : nous souhaitons créer les outils numériques qui favorisent une société de contribution et qui permettent de s’émanciper numériquement. Nous souhaitons proposer une alternative aux plateformes centralisatrices qui nous abaissent au rang de vulgaires consommatrices et consommateurs du numérique.

Entre 2014 et 2017, lorsque nous avons mené notre campagne Dégooglisons Internet, peu de monde s’y intéressait et croyait que cela était possible. En 2016, nous avons impulsé la création ducollectif CHATONS (« Collectif des Hébergeurs Alternatifs, Transparents, Ouverts, Neutres et Solidaires »). Ce collectif regroupe et fédère plusieurs dizaines de structures partageant nos valeurs et objectifs : les CHATONS se positionnent comme des « AMAP du numérique ». Aujourd’hui, alors que nous explorons les sentiers de Contributopia, nous voyons combien les consciences ont évolué et que l’envie d’un numérique éthique est partagée. Cela tombe bien : si on veut que nos utopies deviennent réalité, chacune et chacun devra, à son échelle, y contribuer.


CC-By-SA LILA https://libreart.info/fr/

Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à vous. Afin de perpétuer ce travail,soutenez-nous aujourd’hui par un simple thé 😉

\#citoyens #framasoft #gafam #internet #libre
Cet article est disponible ici: https://mrmondialisation.org/peertube-framasoft-lance-son-alternative-libre-a-youtube/
PeerTube : Framasoft lance son alternative Libre à YouTube

 
PeerTube : Framasoft lance son alternative Libre à YouTube

À l’image des autres GAFAM, YouTube (possédé par Google depuis 2006) s’immisce chaque jour un peu plus dans la vie privée des citoyens et des citoyennes du monde entier tout en vendant du « temps de cerveau disponible » aux annonceurs si bien que leur univers se rapproche chaque jour un peu plus de ce qu’on nous sert déjà à la télévision. Avec PeerTube, Framasoft a pour ambition de montrer qu’un autre internet, celui de la contribution, est possible. En fait, l’Internet comme il l’était à l’origine : LIBRE. Pouhiou*, chargé de communication chez Framasoft nous explique ce projet tant attendu du monde militant ainsi que « pourquoi le défi d’un internet libre et décentralisé est devenu un véritable enjeu de société ».

Mr Mondialisation : Cher Pouhiou, pourquoi estimez-vous nécessaire de développer un système d’hébergement de vidéo alternatif à YouTube aujourd’hui ?

Pouhiou : Le YouTube de Google symbolise assez bien tout ce qu’il y a de toxique dans les grandes plateformes qui centralisent nos attentions et nos données (on peut également citer parmi elles le Dailymotion de Vivendi-Universal, Facebook Vidéos, etc.) On voit bien que le grand gagnant de YouTube, c’est Google : avec sa position hégémonique, Google fait la loi sur ce que l’on regarde, tel un ORTF 2.0.

Google décide des règles du jeu, avec par exemple ContentID, son « robocopyright » qui filtre les contenus de manière arbitraire, qui favorise les industries culturelles, et figure régulièrement dans la chronique « Copyright Madness » tant ses dérives automatisées sont nombreuses. [À noter que Mr Mondialisation fut à plusieurs reprises victime de cette forme de censure sur Youtube]

Google décide aussi de quels contenus seront mis en avant, que ce soit pour nous entraîner dans une boucle de vidéos de plus en plus extrémistes (comme le rapporte une personne ayant travaillé sur cet algorithme), ou plus simplement pour plaire aux annonceurs en démonétisant les vidéos de femmes qui parlent de leur corps et de leurs sexualités (et qui ont protesté avec #MonCorpsSurYouTube).

Enfin, Google tente de maîtriser ce que nous faisons de notre temps de vie. Vous avez déjà vécu cette « spirale YouTube » où vous ne vouliez voir qu’une vidéo YouTube et l’instant d’après il est 3h du matin, et vous n’avez pas vu le temps passer…? C’est un effet volontaire du design de YouTube, et une des nombreuses techniques expliquées par un ex-éthicien du design chez Google, Tristan Harris.

Le problème est double. D’une part, avec YouTube, Google a réussi à centraliser nos créations et donc nos attentions. Comme on y trouve de tout, c’est là qu’on va chercher nos vidéos. D’autre part, Google a intimement lié un outil de diffusion des vidéos (YouTube) à un modèle économique, celui de la pub, de l’économie de l’attention. Mais en vrai, on n’est pas obligé·e·s de faire comme Google, de s’enfermer dans son modèle.


CC-By-SA LILA https://libreart.info/fr/
Mr Mondialisation : En quoi PeerTube se distinguera alors de l’existant dans son fonctionnement ?

Pouhiou : PeerTube a été pensé pour que chacun·e puisse se réapproprier ses moyens de diffusion. Pour paraphraser John Lennon, c’est du « Software To The People ».

Le principe, c’est que PeerTube n’est pas une plateforme unique : c’est un logiciel, que l’on installe sur un serveur, afin de créer son vidéo-tube maison… Si vous créez votre instance PeerTube, vous pourrez choisir de la relier aux autres instances, histoire de ne pas rester isolé·e sur votre coin de la toile, de partager vos catalogues de vidéos. Et, en hébergeant votre instance PeerTube (ou celle de votre média, votre association, votre institution, votre collectif artistique, etc.) vous reprenez le pouvoir !

Par exemple : l’IUT d’Orsay a ouvert son instance PeerTube sur laquelle les enseignant⋅e⋅s ou étudiant⋅e⋅s autorisé⋅e⋅s peuvent mettre en ligne leurs vidéos. D’un autre côté, l’Académie de Lyon a aussi ouvert une instance PeerTube. Ces deux instances du logiciel PeerTube peuvent être connectées entre elles. De cette façon, les étudiants de l’IUT d’Orsay peuvent chercher et regarder depuis *leur* portail les vidéos présentes sur le portail de l’académie de Lyon, sans avoir à changer de site web. Maintenant, imaginez que des dizaines ou centaines de structures éducatives fassent de même : on aurait des portails « Vidéos éducatives » comprenant des dizaines de milliers de vidéos fédérées, sans avoir à centraliser toutes les vidéos au même endroit. Évidemment, on peut imaginer d’autres portails vidéos sur d’autres thématiques (la politique, la science, les jeux vidéos, etc.)

Mais comme on dit : un grand pouvoir implique de grandes responsabilités… Si sur votre instance PeerTube, vous hébergez des contenus illicites, c’est vous que la Justice viendra voir ! C’est pour cela que, lorsqu’une personne prend la responsabilité d’héberger des vidéos, elle a le pouvoir de choisir ses règles du jeu, ses conditions d’utilisation, et de pratiquer sa modération. Vous pouvez, d’ores et déjà, créer « BlueTube » et exiger que toutes les vidéos téléversées soient bleues. Plus prosaïquement, il y a un QueerTube qui est en train de se faire, afin que les communautés LGBTQ+ aient un espace sécurisé où poster et partager leurs vidéos, tandis que des vidéastes (Datagueule, Thinkerview), des villes (comme celle de Fontaine), des organismes d’éducation ont également créé leur instance PeerTube. Tiens on peut même ajouter le tout récent exemple de Blender qui vient de s’installer une instance pour tester PeerTube, tellement YouTube leur était pénible par ses exigences de monétisation.

Tout l’enjeu a été de concevoir le logiciel PeerTube afin de véritablement démocratiser l’hébergement de vidéos. Google a besoin d’énormes fermes de serveurs pour centraliser les vidéos (et les attentions) du monde entier. Mais Internet est capable de faire bien mieux que cela !

En utilisant un système de Fédération (le protocole ActivityPub) on peut mettre en commun nos catalogues de vidéos, alors que chaque instance n’héberge que ses propres vidéos sur ses disques durs. De même, la diffusion de vidéos en pair-à-pair (propulsée par la technologie WebTorrent) permet de délester le serveur lorsqu’une vidéo devient virale… Enfin, en ce qui concerne la rémunération des créateur·ice·s de vidéos, PeerTube est techniquement neutre. Il n’y a, pour l’instant, qu’un bouton « soutenir » sous chaque vidéo. C’est à la personne qui a téléversé cette vidéo de choisir ce qu’elle met derrière ce bouton : cela peut être un lien Paypal, Liberapay ou Tipeee, mais aussi une injonction à contacter ses député·e·s ou un mot disant « Si vous avez aimé cette vidéo, envoyez une jolie carte postale à ma grand-mère » !

En fait, le logiciel PeerTube a été pensé, jusque dans son code, hors des sentiers battus et rebattus par Google. Car il est possible de faire, ensemble, un Internet plus mature, plus responsable et donc plus éthique.

Mr Mondialisation : Vous insistez sur deux aspects : le caractère libre et décentralisé de la plateforme. En quoi ce sont des principes politiques, c’est-à-dire qu’ils n’intéressent pas seulement les internautes, mais aussi tous les citoyens et les citoyennes ?

Pouhiou : Un logiciel libre, c’est une condition nécessaire à notre émancipation numérique. Car ce n’est pas le logiciel qui est libre : c’est nous, citoyennes et citoyens ! Un logiciel est dit « libre » lorsqu’il est accompagné d’une licence (donc un contrat, légalement opposable et ouvert à quiconque) qui garantit les libertés fondamentales des utilisateurs et utilisatrices de ce logiciel. Lorsqu’il y a une licence libre, nous sommes sûr·e·s que nous pouvons utiliser le logiciel comme bon nous semble, l’étudier (pour voir s’il n’y a pas de failles ni de portes dérobées, par exemple), le modifier et le diffuser à volonté.

L’idée derrière tout cela, c’est que les humain·e·s restent en maîtrise de la machine, et non l’inverse. Si vous trouvez qu’il manque quelque chose à PeerTube, vous avez le droit de coder une nouvelle fonctionnalité (ou de la faire coder !). Si, un jour, vous n’avez plus confiance en Framasoft et à la direction donnée à PeerTube, vous pouvez « fourcher » le projet, c’est-à-dire développer un « AutrePeerTube », et donc influencer sa gouvernance (comme cela a pu arriver avec LibreOffice, le fourchage de la suite bureautique OpenOffice).

Si l’aspect Libre est une condition nécessaire à l’émancipation des personnes, elle n’est pas suffisante. Chaque jour, nous prenons graduellement conscience des dérives de la centralisation de nos données. Les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft), et plus généralement les « big data » centralisent tellement nos usages, nos informations sociales et nos attentions qu’elles sont en position hégémonique. Ces entreprises exercent sur nous une triple domination : économique (ce sont les plus grosses puissances financières mondiales), technologique (elles peuvent acheter, freiner et diriger les innovations) et politique (lobbyisme, influence culturelle et sociale… les exemples se succèdent chaque jour !).

Les révélations d’Edward Snowden nous ont montré combien il est tentant, lorsqu’on est une grande puissance politique, d’aller frapper à la porte de Facebook, Microsoft ou Google, où nous avons toutes et tous confié les traces de nos vies, de nos échanges. Plus nous essaimerons nos données personnelles et sociales, plus il sera difficile et coûteux de nous espionner, de nous diriger, et ce que ce soit pour des entreprises ou des pouvoirs politiques

Une alternative plus éthique et plus mature passe forcément par la décentralisation : comme on disait dans le hameau ariégeois de mon enfance « il ne faut pas mettre tous ses œufs toutes ses datas dans le même panier ! ».

Mr Mondialisation : Concrètement, avec les moyens (très) modestes qui sont les vôtres, comment entendez-vous tenir tête à YouTube ? N’est-ce pas David contre Goliath ?

Pouhiou : Comment ? Déjà en prenant le temps de faire les choses bien, et collectivement. PeerTube n’est pas un « Youtube-killer », certainement pas aujourd’hui. À ses balbutiements, le logiciel était déjà prometteur. Avec l’aide de notre communauté, nous l’avons mené jusqu’à une version bêta, rendue publique en mars dernier.

Aujourd’hui, plus de cent instances publiques diffusent et partagent plus de 10 000 vidéos. Cette bêta nous a permis de démontrer que le logiciel fonctionne, que ses principes sont solides, et qu’il y a une attente, une envie de le voir grandir. Cela nous a aussi permis de récolter les attentes, les retours, les envies des gens qui s’y intéressent, afin de co-construire la feuille de route de son développement.

Mais PeerTube n’est pas encore dans sa v1, sa première version stable ! Il lui manque des fonctionnalités essentielles, telles que les sous-titres de vidéos, la possibilité d’afficher plusieurs langues dans l’interface, un module de recherche avancée ou la facilitation de l’import des vidéos depuis d’autres plateformes. C’est pour cela que nous faisons appel à la générosité commune dans une financement participatif : nous avons besoin de moyens pour poursuivre son développement, ainsi que de personnes qui sauront s’intéresser à cette alternative et la faire connaître autour d’elles.

Plus que le combat biblique de David contre Goliath, je pense que nous sommes dans la métaphore de la fourmi qui vit à côté du dinosaure. Seule, la fourmi ne va pas pouvoir faire grand-chose. Mais si nous nous y mettons à plusieurs fourmilières, si on creuse assez de canaux entre nous, alors nous avons une chance de laisser le dino fossiliser dans son coin, et de ne plus avoir besoin de lui ! Oui, je sais, cela peut paraître utopiste : ça tombe bien, à Framasoft nous nous revendiquons comme Utopistes ! D’ailleurs, PeerTube est une des douze actions de notre feuille de route 2017-2020, que nous avons nommée Contributopia … tout un programme, non ?

Le but, avec PeerTube, c’est de créer une alternative : à l’image des personnes qui n’ont pas voulu croire que l’alimentation se réduit à Carrefour-Monsanto-MacDo et qui se sont organisées pour créer des réseaux d’AMAP, du circuit-court, de l’agriculture raisonnée, etc. Cette alternative ne va pas forcément remplacer YouTube-Daily-Viméo-FBvidéos (même si j’espère que, d’ici 5 ans, ces dinosaures prédateurs tomberont en désuétude). En fait, on veut participer à la construction d’un réseau résilient d’intelligences collectives plutôt que de dépendre d’un mastodonte avec un seul cerveau. Car si PeerTube existe, devient pratique, facile et utilisé, alors nous aurons gagné notre pari : sortir de cet « internet-à-choix-unique », où les plateformes centralisatrices sont notre seule option, et ce « mal nécessaire » auquel nous succombons tous.

Alors oui, il reste du boulot, et ça n’arrivera pas du jour au lendemain (ni même lors de la version 1, prévue pour octobre 2018 si le financement réussit). Ce n’est pas grave, car à Framasoft, on a un slogan : « La route est longue, mais la voie est Libre ! »

Mr Mondialisation : De manière générale, que pensez-vous des évolutions les plus récentes du web, que ce soit la chasse aux fake-news ou le RGPD ? Assistons nous à une grande bataille pour la liberté sur internet ?

Pouhiou : Nous assistons au moins à une grande prise de conscience des enjeux du numérique.

Il faut se rendre compte que le numérique, et plus particulièrement Internet, sont des évolutions très récentes dans nos civilisations. Face au numérique, nous avons d’abord été des enfants, enthousiastes, expérimentant, empli·e·s de rêves et d’idéaux. Chacun·e a fait un peu tout et n’importe quoi à l’époque des pages persos, de la blogosphère, et des partages culturels à torrents.

Là, nous sortons à peine d’une adolescence difficile. Pendant que nous étions encore dans l’innocence, l’économie de marché a pullulé en ligne, s’est emparée d’un peu tout, a centralisé nos créations, nos échanges et nos attentions. Shoshana Zuboff, Aral Balkan ou encore Christophe Masutti décrivent très bien les mécanismes du « capitalisme de surveillance » un capitalisme qui n’essaie plus de s’adresser à un consommateur, une consommatrice, mais bien de diriger les envies et les actions de groupes sociaux entiers (voire de peuples, dans les cas les plus effrayants).

En tant que jeunes adultes du numérique, nous commençons à prendre conscience de là où nous a mené notre innocence, notre confiance aveugle : des révélations d’Edward Snowden en 2013 au tout récent scandale Cambridge Analytica, il n’est plus possible de fermer les yeux sur la place qu’a prise le numérique dans nos vies, ni sur les dérives systémiques du capitalisme de surveillance.

Forcément, cette prise de conscience se ressent aussi dans l’échiquier politicien, que ce soit avec des lois telles que le RGPD, dont on espère que les conséquences seront tenues fermement, ou avec des lois anti-fake-news où le remède pourrait bien être pire que le mal, suivant comment elles sont écrites et appliquées. De plus, avec le jeu des lobbies, le pouvoir politique fait souvent le grand écart : on le voit avec l’Europe qui d’un côté attaque Google avec des lois anti-trust ou établit le RGPD, et qui d’un autre s’apprête à voter le filtrage d’Internet avec l’article 13 de la directive sur le droit d’auteur.

Nombre de militant·e·s du logiciel libre couvrent ces sujets (La Quadrature du Net,l’April, etc.). Notre travail, à Framasoft, est complémentaire : nous souhaitons créer les outils numériques qui favorisent une société de contribution et qui permettent de s’émanciper numériquement. Nous souhaitons proposer une alternative aux plateformes centralisatrices qui nous abaissent au rang de vulgaires consommatrices et consommateurs du numérique.

Entre 2014 et 2017, lorsque nous avons mené notre campagne Dégooglisons Internet, peu de monde s’y intéressait et croyait que cela était possible. En 2016, nous avons impulsé la création ducollectif CHATONS (« Collectif des Hébergeurs Alternatifs, Transparents, Ouverts, Neutres et Solidaires »). Ce collectif regroupe et fédère plusieurs dizaines de structures partageant nos valeurs et objectifs : les CHATONS se positionnent comme des « AMAP du numérique ». Aujourd’hui, alors que nous explorons les sentiers de Contributopia, nous voyons combien les consciences ont évolué et que l’envie d’un numérique éthique est partagée. Cela tombe bien : si on veut que nos utopies deviennent réalité, chacune et chacun devra, à son échelle, y contribuer.


CC-By-SA LILA https://libreart.info/fr/

Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à vous. Afin de perpétuer ce travail,soutenez-nous aujourd’hui par un simple thé 😉

\#citoyens #framasoft #gafam #internet #libre
Cet article est disponible ici: https://mrmondialisation.org/peertube-framasoft-lance-son-alternative-libre-a-youtube/
PeerTube : Framasoft lance son alternative Libre à YouTube

 
financement collaboratif pour améliorer #peertube une alternative éthique à #youtube #google #facebook #gafam #degoogliser #libre #opensource

 
financement collaboratif pour améliorer #peertube une alternative éthique à #youtube #google #facebook #gafam #degoogliser #libre #opensource

 

FREEMIND - LANCEMENT DU SITE WEB ###



Et oui enfin ! L'équipe Freemind est heureuse et fier de vous annoncer la mise en ligne de son site web ! :D ####



Voici l'adresse dont vos favoris ne pourront bientôt plus se passer :

https://www.freemind.ovh ####



Vous y trouverez des informations concernant nos différents services déjà fonctionnels (IRC & XMPP), le reste étant soit en test, soit en projet en cours d'étude (Diaspora, ownCloud, Mail, serveur Minecraft pour ne citer qu'eux...).

Des tutoriels complets et en français sont également disponible sur le site !
Allez voir dans la section "Logiciels libres" et vous y trouverez des informations, des solutions alternatives, ET des tutos, notemment sur :
* Tox : l'alternative libre, sécurisée et totalement décentralisée de Skype
* XMPP : protocole libre (le même que google/facebook mais "pas en prison"...) donc alternative à Hangouts/fb messenger
* IRC : tuto complet sur les notions de bases et l'installation d'un client irc
* ANDROID : une section complète avec plein d'alternative libre et respectueuses de la vie privée (on y retrouve des clients pour Tox, XMPP et IRC aussi)

Certains sont en cours de rédaction, d'autres sont prévus et pas encore commencé.

Vous souhaitez contribuer ou vous avez besoin d'aide ?? Contactez-nous ! Toutes les informations de contact figurent maintenant sur notre site web, l'équipe Freemind vous invite à le visiter :)

À très bientôt qui que vous soyez ! une excellente fin de journée de la part du Staff Freemind !

#freemind-fr #freemind #freemind-fr-news #web #site #news #acteurdulibre #libre #solidarité #communauté #linux #respectdelavieprivée #securité #nginx #cmsimple #wiki #tox #irc #xmpp #jappix #promotiondulibre #entraide #support #supportfr #supportfrancophone #aidefrancophone #minecraft

 

FREEMIND - LANCEMENT DU SITE WEB ###



Et oui enfin ! L'équipe Freemind est heureuse et fier de vous annoncer la mise en ligne de son site web ! :D ##[url=http://social.gl-como.it/search?tag=%23%23]##" class="tag" title="#" class="tag" title="#[url=http://social.gl-como.it/search?tag=%23%23]##">#[url=http://social.gl-como.it/search?tag=%23%23]##">#" class="tag" title="#[url=http://social.gl-como.it/search?tag=%23%23]##">#[url=http://social.gl-como.it/search?tag=%23%23]##



Voici l'adresse dont vos favoris ne pourront bientôt plus se passer :

https://www.freemind.ovh ##[url=http://social.gl-como.it/search?tag=%23%23]##" class="tag" title="#" class="tag" title="#[url=http://social.gl-como.it/search?tag=%23%23]##">#[url=http://social.gl-como.it/search?tag=%23%23]##">#" class="tag" title="#[url=http://social.gl-como.it/search?tag=%23%23]##">#[url=http://social.gl-como.it/search?tag=%23%23]##



Vous y trouverez des informations concernant nos différents services déjà fonctionnels (IRC & XMPP), le reste étant soit en test, soit en projet en cours d'étude (Diaspora, ownCloud, Mail, serveur Minecraft pour ne citer qu'eux...).

Des tutoriels complets et en français sont également disponible sur le site !
Allez voir dans la section "Logiciels libres" et vous y trouverez des informations, des solutions alternatives, ET des tutos, notemment sur :
* Tox : l'alternative libre, sécurisée et totalement décentralisée de Skype
* XMPP : protocole libre (le même que google/facebook mais "pas en prison"...) donc alternative à Hangouts/fb messenger
* IRC : tuto complet sur les notions de bases et l'installation d'un client irc
* ANDROID : une section complète avec plein d'alternative libre et respectueuses de la vie privée (on y retrouve des clients pour Tox, XMPP et IRC aussi)

Certains sont en cours de rédaction, d'autres sont prévus et pas encore commencé.

Vous souhaitez contribuer ou vous avez besoin d'aide ?? Contactez-nous ! Toutes les informations de contact figurent maintenant sur notre site web, l'équipe Freemind vous invite à le visiter :)

À très bientôt qui que vous soyez ! une excellente fin de journée de la part du Staff Freemind !

#freemind-fr #freemind #freemind-fr-news #web #site #news #acteurdulibre #libre #solidarité #communauté #linux #respectdelavieprivée #securité #nginx #cmsimple #wiki #tox #irc #xmpp #jappix #promotiondulibre #entraide #support #supportfr #supportfrancophone #aidefrancophone #minecraft

 
Immagine/foto
https://framagit.org/denissalem/VenC/
https://github.com/denissalem/VenC/

Me revoilà camarades! Ça faisait un moment! J'ai ENFIN terminé la version 1.2.0 de #VenC qui succède à la version 1.1.2

Pour rappel, #VenC est un éditeur de #blog static en ligne de commande pour #linux.

Voilà la liste des dernières features cool de cette dernière version, en plus de nombreuses corrections de bugs

- Support de style CSS unique par publication.
- Interpréteur #markdown optionnel.
- Copie en ligne du #blog.
- Ajout de thèmes.
- Installation via #pip
- Verbosité plus élevé lors d'erreurs.
- Support de la langue anglaise.
- Ajout d'un aide mémoire.

À cela s'ajoute maintenant une FAQ et des tutoriaux en anglais et en français. Je compléterais tout ça au fur et à mesure, mais il y a déjà de quoi prendre en main l'outil.

Également, pour bien démarrer avec l'outil des thèmes de base sont fournis avec #VenC!

Enfin, un ajout majeur qui arrive avec cette version est la possibilité d'installer/désinstaller #VenC proprement et facilement via pip.

La liste complète des ajouts/corrections ici

N'hésitez pas à essayer et me faire des retours si vous trouvez des bugs ou des erreurs dans la documentation!

Vous pouvez également soutenir mon travail sur tipeee ou Liberay, pensez-y, c'est important!

#VenC #Blog #Edition #Blogging #Static #Python #SiteStatic #BlogStatic #Libre #LogicielLibre #Logiciel #Free #FreeSoftware #Software #Auto-Edition #tipeee #liberapay #pip #pypi

 
Immagine/foto
https://framagit.org/denissalem/VenC/
https://github.com/denissalem/VenC/

Me revoilà camarades! Ça faisait un moment! J'ai ENFIN terminé la version 1.2.0 de #VenC qui succède à la version 1.1.2

Pour rappel, #VenC est un éditeur de #blog static en ligne de commande pour #linux.

Voilà la liste des dernières features cool de cette dernière version, en plus de nombreuses corrections de bugs

- Support de style CSS unique par publication.
- Interpréteur #markdown optionnel.
- Copie en ligne du #blog.
- Ajout de thèmes.
- Installation via #pip
- Verbosité plus élevé lors d'erreurs.
- Support de la langue anglaise.
- Ajout d'un aide mémoire.

À cela s'ajoute maintenant une FAQ et des tutoriaux en anglais et en français. Je compléterais tout ça au fur et à mesure, mais il y a déjà de quoi prendre en main l'outil.

Également, pour bien démarrer avec l'outil des thèmes de base sont fournis avec #VenC!

Enfin, un ajout majeur qui arrive avec cette version est la possibilité d'installer/désinstaller #VenC proprement et facilement via pip.

La liste complète des ajouts/corrections ici

N'hésitez pas à essayer et me faire des retours si vous trouvez des bugs ou des erreurs dans la documentation!

Vous pouvez également soutenir mon travail sur tipeee ou Liberay, pensez-y, c'est important!

#VenC #Blog #Edition #Blogging #Static #Python #SiteStatic #BlogStatic #Libre #LogicielLibre #Logiciel #Free #FreeSoftware #Software #Auto-Edition #tipeee #liberapay #pip #pypi

 
Immagine/foto
Immagine/foto
Immagine/foto
Immagine/foto
Immagine/foto
Immagine/foto
Immagine/foto
Immagine/foto
Immagine/foto
The #DIY-Thermocam is a #do-it-yourself #infrared #camera, based on the popular FLIR Lepton long-wave-infrared array sensor. Everything, from #software to #hardware, is completely #open-source! This allows everyone to modify or extend the functionalities of the device to their own needs!

Features:
- Fast #ARM #Cortex M4 processor (240MHz), based on the popular, #Arduino compatible #Teensy 3.6
- 160 x 120 pixel FLIR Lepton3 long-wave infrared array sensor for live thermographic #images
- Frame rate of up to 9 FPS (US export compliance) over the serial connection, 5 FPS on the device itself
- 2 MP visual camera to capture optical images, that can be used in a combined image
- MLX90614 single point-infrared sensor for high-precision spot temperatures (10° FOV)
- HDMI or analog #video output capabilities (640x480 pixel) over external video output module
- 3 operating modes: thermal only, thermal + visual, video recording
- 18 different color schemes including rainbow, ironblack, grayscale, hot & cold
- 3.2 inch LCD touch #display with bright colors, wide angle and resistive touch
- Save thermal and visual images with a resolution of 640x480 pixels on the device
- Save real-time videos and interval images with different time-lapse settings
- 8GB internal storage, accessible as an exchangeable SD / microSD slot
- 2500 mAh lithium polymer battery for long operation time (4-6 hours)
- Open-source firmware written in Arduino compatible C/C++ code
- Regular #firmware #updates with new features, flashable over a standalone firmware updater
- Standalone thermal viewer application to save high-quality thermal images & videos on the computer
- Fully compatible to the comprehensive thermal analysis software #ThermoVision by Joe-C
- Use simple commands to receive all thermal & configuration data over the #USB serial port with high speed

http://www.diy-thermocam.net
https://github.com/maxritter/DIY-Thermocam



#FOSS #FLOSS #OpenSource #SoftwareLibre #OpenHardware #HardwareLibre #Libre #Free #Freedom

 
Immagine/foto
Immagine/foto
Immagine/foto
Immagine/foto
Immagine/foto
Immagine/foto
Immagine/foto
Immagine/foto
Immagine/foto
The #DIY-Thermocam is a #do-it-yourself #infrared #camera, based on the popular FLIR Lepton long-wave-infrared array sensor. Everything, from #software to #hardware, is completely #open-source! This allows everyone to modify or extend the functionalities of the device to their own needs!

Features:
- Fast #ARM #Cortex M4 processor (240MHz), based on the popular, #Arduino compatible #Teensy 3.6
- 160 x 120 pixel FLIR Lepton3 long-wave infrared array sensor for live thermographic #images
- Frame rate of up to 9 FPS (US export compliance) over the serial connection, 5 FPS on the device itself
- 2 MP visual camera to capture optical images, that can be used in a combined image
- MLX90614 single point-infrared sensor for high-precision spot temperatures (10° FOV)
- HDMI or analog #video output capabilities (640x480 pixel) over external video output module
- 3 operating modes: thermal only, thermal + visual, video recording
- 18 different color schemes including rainbow, ironblack, grayscale, hot & cold
- 3.2 inch LCD touch #display with bright colors, wide angle and resistive touch
- Save thermal and visual images with a resolution of 640x480 pixels on the device
- Save real-time videos and interval images with different time-lapse settings
- 8GB internal storage, accessible as an exchangeable SD / microSD slot
- 2500 mAh lithium polymer battery for long operation time (4-6 hours)
- Open-source firmware written in Arduino compatible C/C++ code
- Regular #firmware #updates with new features, flashable over a standalone firmware updater
- Standalone thermal viewer application to save high-quality thermal images & videos on the computer
- Fully compatible to the comprehensive thermal analysis software #ThermoVision by Joe-C
- Use simple commands to receive all thermal & configuration data over the #USB serial port with high speed

http://www.diy-thermocam.net
https://github.com/maxritter/DIY-Thermocam



#FOSS #FLOSS #OpenSource #SoftwareLibre #OpenHardware #HardwareLibre #Libre #Free #Freedom

 
Immagine/foto
****#Pastilda: Open-source hardware password manager****
Pastilda is an open-source hardware #password #manager, designed to manage your credentials in a handy and secure way.
Pastilda works as a #middleman between your #computer and keyboard. It provides easy and safe auto-login to your #OS, bank accounts, mailboxes, corporate #network or social media. Pastilda stores #encrypted passwords in its memory. You can request a particular password at any time by pressing a special key combination on your keyboard.
Pastilda has two USB ports: one for your keyboard, one to connect to your #PC. Your OS will recognize Pastilda as a USB keyboard and a USB flash drive.
The flash drive component stores the encrypted #KeePass 2.x database (.kdbx file) and the KeePass 2.x portable #app as needed. Your real keyboard is now visible only to Pastilda, your PC won’t see it at all.
In normal working mode, all keystrokes from your keyboard are passed through Pastilda to your PC unchanged.
When you need to sign into an account, you switch to “Pastilda mode”. That’s done by placing your cursor inside the login text box and pressing the “Ctrl + ~” key combination. Pastilda will then ask you to enter the master password for your KeePass database, right in the current text box. If the password is entered correctly, Pastilda will decrypt and display your database. You can navigate through it with left, right, up, and down arrows or you can just start to input the name of the entry in your database and Pastilda will display matching variants. Once you find the entry you’re looking for, press Enter and Pastilda will automatically enter the corresponding login and password. If the password is incorrect, Pastilda gives you the option to try again or go back to regular mode by pressing the Esc key on your keyboard.

-----
Features & Specifications
- #Security:
- #Open-source #hardware and #software - you can trust Pastilda
- Never reveals the master key to the host
- Decrypted data stays on board, unreachable by malware
- Usability:
- List text heresummon Pastilda’s menu to any text field
- Compatibility:
- List text heresimulates a common keyboard, so it works with most systems by default, requiring no drivers or client software.
- List text hereworks with command line interfaces, BIOS, etc.
- MCU: STM32F415
- Connectivity: 2 x USB 2.0
- Memory: microSD card slot up to 32 GB
- Dimensions: 20 mm x 60 mm x 12 mm
- Weight: 50 g

https://www.crowdsupply.com/third-pin/pastilda



#FOSS #FLOSS #OpenHardware #HardwareLibre #Crowdsupply #Crowdfunding #Security #Privacy #Libre #Free #Freedom

 
Immagine/foto
****#Pastilda: Open-source hardware password manager****
Pastilda is an open-source hardware #password #manager, designed to manage your credentials in a handy and secure way.
Pastilda works as a #middleman between your #computer and keyboard. It provides easy and safe auto-login to your #OS, bank accounts, mailboxes, corporate #network or social media. Pastilda stores #encrypted passwords in its memory. You can request a particular password at any time by pressing a special key combination on your keyboard.
Pastilda has two USB ports: one for your keyboard, one to connect to your #PC. Your OS will recognize Pastilda as a USB keyboard and a USB flash drive.
The flash drive component stores the encrypted #KeePass 2.x database (.kdbx file) and the KeePass 2.x portable #app as needed. Your real keyboard is now visible only to Pastilda, your PC won’t see it at all.
In normal working mode, all keystrokes from your keyboard are passed through Pastilda to your PC unchanged.
When you need to sign into an account, you switch to “Pastilda mode”. That’s done by placing your cursor inside the login text box and pressing the “Ctrl + ~” key combination. Pastilda will then ask you to enter the master password for your KeePass database, right in the current text box. If the password is entered correctly, Pastilda will decrypt and display your database. You can navigate through it with left, right, up, and down arrows or you can just start to input the name of the entry in your database and Pastilda will display matching variants. Once you find the entry you’re looking for, press Enter and Pastilda will automatically enter the corresponding login and password. If the password is incorrect, Pastilda gives you the option to try again or go back to regular mode by pressing the Esc key on your keyboard.

-----
Features & Specifications
- #Security:
- #Open-source #hardware and #software - you can trust Pastilda
- Never reveals the master key to the host
- Decrypted data stays on board, unreachable by malware
- Usability:
- List text heresummon Pastilda’s menu to any text field
- Compatibility:
- List text heresimulates a common keyboard, so it works with most systems by default, requiring no drivers or client software.
- List text hereworks with command line interfaces, BIOS, etc.
- MCU: STM32F415
- Connectivity: 2 x USB 2.0
- Memory: microSD card slot up to 32 GB
- Dimensions: 20 mm x 60 mm x 12 mm
- Weight: 50 g

https://www.crowdsupply.com/third-pin/pastilda



#FOSS #FLOSS #OpenHardware #HardwareLibre #Crowdsupply #Crowdfunding #Security #Privacy #Libre #Free #Freedom

 
Este libro presenta las metodologías, principios pedagógicos y experiencias de Gamestar(t), proyecto de la Asociación Cultural ARSGAMES que parte de la consideración de las potencialidades de la introducción de tecnologías en el ámbito de la educación libre, basada en los principios de autogestión del aprendizaje, antiautoritarismo y educación integral. A lo largo del libro se realiza un recorrido tanto por los principios pedagógicos como por los entresijos más cotidianos de este proyecto que nos llevará a plantearnos desde otra perspectiva el papel que pueden adoptar las nuevas tecnologías en un modelo de pedagogías libres.

#pedagogia #libre #juego #game
GAMESTAR(T): PEDAGOGíAS LIBRES EN LA INTERSECCIóN ENTRE EL ARTE, LA TECNOLOGíA Y LOS VIDEOJUEGOS

 
Este libro presenta las metodologías, principios pedagógicos y experiencias de Gamestar(t), proyecto de la Asociación Cultural ARSGAMES que parte de la consideración de las potencialidades de la introducción de tecnologías en el ámbito de la educación libre, basada en los principios de autogestión del aprendizaje, antiautoritarismo y educación integral. A lo largo del libro se realiza un recorrido tanto por los principios pedagógicos como por los entresijos más cotidianos de este proyecto que nos llevará a plantearnos desde otra perspectiva el papel que pueden adoptar las nuevas tecnologías en un modelo de pedagogías libres.

#pedagogia #libre #juego #game
GAMESTAR(T): PEDAGOGíAS LIBRES EN LA INTERSECCIóN ENTRE EL ARTE, LA TECNOLOGíA Y LOS VIDEOJUEGOS

 
Polymorph @FOSDEM Hello to all I'm very glad...

Polymorph @FOSDEM




Hello to all,

I’m (very) glad to remind you that Polymorph and its engine will be presented at FOSDEM this year, in the devroom “Open Game Development“.

The presentation is focused on the engine, why we did it and how we propose to conceive interactive 3D and video games.

I hope to see you there, even if all presentations are streamed 🙂

Best regards,

François Zajéga

Practical info:
  • date: Sunday 5th of February 2017
  • hour: 15h30 – 15h55
  • location: ULB, Campus du Solbosch, Av. F. D. Roosevelt 50, 1050 Bruxelles, room AW1.126



For complete practical information: https://fosdem.org/2017/practical/transportation/

\#announcement #event #fosdem #libre #presentation
Originally posted at: http://polymorph.cool/2017/01/30/polymorph-fosdem-hello-to-all-im-very-glad/
Polymorph @FOSDEM Hello to all I’m very glad…

POLYMORPH: Polymorph @FOSDEM Hello to all I’m very glad… | POLYMORPH (frankiezafe)


 
Polymorph @FOSDEM Hello to all I'm very glad...

Polymorph @FOSDEM




Hello to all,

I’m (very) glad to remind you that Polymorph and its engine will be presented at FOSDEM this year, in the devroom “Open Game Development“.

The presentation is focused on the engine, why we did it and how we propose to conceive interactive 3D and video games.

I hope to see you there, even if all presentations are streamed 🙂

Best regards,

François Zajéga

Practical info:
  • date: Sunday 5th of February 2017
  • hour: 15h30 – 15h55
  • location: ULB, Campus du Solbosch, Av. F. D. Roosevelt 50, 1050 Bruxelles, room AW1.126



For complete practical information: https://fosdem.org/2017/practical/transportation/

\#announcement #event #fosdem #libre #presentation
Originally posted at: http://polymorph.cool/2017/01/30/polymorph-fosdem-hello-to-all-im-very-glad/
Polymorph @FOSDEM Hello to all I’m very glad…

POLYMORPH: Polymorph @FOSDEM Hello to all I’m very glad… | POLYMORPH (frankiezafe)


 
Polymorph @FOSDEM Hello to all I'm very glad...

Polymorph @FOSDEM




Hello to all,

I’m (very) glad to remind you that Polymorph and its engine will be presented at FOSDEM this year, in the devroom “Open Game Development“.

The presentation is focused on the engine, why we did it and how we propose to conceive interactive 3D and video games.

I hope to see you there, even if all presentations are streamed 🙂

Best regards,

François Zajéga

Practical info:
  • date: Sunday 5th of February 2017
  • hour: 15h30 – 15h55
  • location: ULB, Campus du Solbosch, Av. F. D. Roosevelt 50, 1050 Bruxelles, room AW1.126



For complete practical information: https://fosdem.org/2017/practical/transportation/

\#announcement #event #fosdem #libre #presentation
Originally posted at: http://polymorph.cool/2017/01/30/polymorph-fosdem-hello-to-all-im-very-glad/
Polymorph @FOSDEM Hello to all I’m very glad…

POLYMORPH: Polymorph @FOSDEM Hello to all I’m very glad… | POLYMORPH (frankiezafe)


 
#Renault ouvre ses #codes et permet au monde de "copier" sa #Twizy -- French car maker Renault makes electric 'Twizy' model open-source !
https://www.solutions-magazine.com/renault-premiere-voiture-opensource/

#conceptcar #car #voiture #opensource #libre #software #france #italy #italie #europe #logiciellibre #logiciel #CES2017 #CES #LasVegas #lasvegas #nissan #citroen #renaultnissan #POM #concept #free #licencefree #licensefree #freesoftware #gratuit #codesource #sourcecode #code #world #usa #open-source #logiciel-libre #exposition #automobile #course #électricité #electric #electriccar #electricity #mobility #ecology #economy #newworld #new #technology #tech #review #framasoft #community #comunauté #communauté #paris #lyon #marseille #toulouse #strasbourg #laréunion
Renault crée la première voiture open source : POM


 
En 34 pages, il est question de penser « libre » au sein d’un fablab et de montrer les avantages de cette approche sur plusieurs plans : capacité d’innovation, apprentissage par les pairs, accès ouvert et documenté pour tous, capitalisation des connaissances… #fablab #logiciellibre #logiciel-libre #matériellibre #libre #JDLL

 
En 34 pages, il est question de penser « libre » au sein d’un fablab et de montrer les avantages de cette approche sur plusieurs plans : capacité d’innovation, apprentissage par les pairs, accès ouvert et documenté pour tous, capitalisation des connaissances… #fablab #logiciellibre #logiciel-libre #matériellibre #libre #JDLL