Skip to main content

Cerca

Elementi taggati con: Framasoft


 

Parola filtrata: nsfw


 

Parola filtrata: nsfw


 
Hey, psssst !!!

Vous avez vu Pouhiou causer de Peertube sur le Media ?

Je n'ai pas encore trouvé de lien sur peertube même... en attendant vous pouvez le voir ici : https://hooktube.com/SReYz96Phdw?t=14m41s

Il assure un max et explique bien divers concepts importants de Framasoft.

#pouhiou #framasoft #lemedia #peertube #hooktube #youtube

 
Hey, psssst !!!

Vous avez vu Pouhiou causer de Peertube sur le Media ?

Je n'ai pas encore trouvé de lien sur peertube même... en attendant vous pouvez le voir ici : https://hooktube.com/SReYz96Phdw?t=14m41s

Il assure un max et explique bien divers concepts importants de Framasoft.

#pouhiou #framasoft #lemedia #peertube #hooktube #youtube

 
PeerTube : Framasoft lance son alternative Libre à YouTube

À l’image des autres GAFAM, YouTube (possédé par Google depuis 2006) s’immisce chaque jour un peu plus dans la vie privée des citoyens et des citoyennes du monde entier tout en vendant du « temps de cerveau disponible » aux annonceurs si bien que leur univers se rapproche chaque jour un peu plus de ce qu’on nous sert déjà à la télévision. Avec PeerTube, Framasoft a pour ambition de montrer qu’un autre internet, celui de la contribution, est possible. En fait, l’Internet comme il l’était à l’origine : LIBRE. Pouhiou*, chargé de communication chez Framasoft nous explique ce projet tant attendu du monde militant ainsi que « pourquoi le défi d’un internet libre et décentralisé est devenu un véritable enjeu de société ».

Mr Mondialisation : Cher Pouhiou, pourquoi estimez-vous nécessaire de développer un système d’hébergement de vidéo alternatif à YouTube aujourd’hui ?

Pouhiou : Le YouTube de Google symbolise assez bien tout ce qu’il y a de toxique dans les grandes plateformes qui centralisent nos attentions et nos données (on peut également citer parmi elles le Dailymotion de Vivendi-Universal, Facebook Vidéos, etc.) On voit bien que le grand gagnant de YouTube, c’est Google : avec sa position hégémonique, Google fait la loi sur ce que l’on regarde, tel un ORTF 2.0.

Google décide des règles du jeu, avec par exemple ContentID, son « robocopyright » qui filtre les contenus de manière arbitraire, qui favorise les industries culturelles, et figure régulièrement dans la chronique « Copyright Madness » tant ses dérives automatisées sont nombreuses. [À noter que Mr Mondialisation fut à plusieurs reprises victime de cette forme de censure sur Youtube]

Google décide aussi de quels contenus seront mis en avant, que ce soit pour nous entraîner dans une boucle de vidéos de plus en plus extrémistes (comme le rapporte une personne ayant travaillé sur cet algorithme), ou plus simplement pour plaire aux annonceurs en démonétisant les vidéos de femmes qui parlent de leur corps et de leurs sexualités (et qui ont protesté avec #MonCorpsSurYouTube).

Enfin, Google tente de maîtriser ce que nous faisons de notre temps de vie. Vous avez déjà vécu cette « spirale YouTube » où vous ne vouliez voir qu’une vidéo YouTube et l’instant d’après il est 3h du matin, et vous n’avez pas vu le temps passer…? C’est un effet volontaire du design de YouTube, et une des nombreuses techniques expliquées par un ex-éthicien du design chez Google, Tristan Harris.

Le problème est double. D’une part, avec YouTube, Google a réussi à centraliser nos créations et donc nos attentions. Comme on y trouve de tout, c’est là qu’on va chercher nos vidéos. D’autre part, Google a intimement lié un outil de diffusion des vidéos (YouTube) à un modèle économique, celui de la pub, de l’économie de l’attention. Mais en vrai, on n’est pas obligé·e·s de faire comme Google, de s’enfermer dans son modèle.


CC-By-SA LILA https://libreart.info/fr/
Mr Mondialisation : En quoi PeerTube se distinguera alors de l’existant dans son fonctionnement ?

Pouhiou : PeerTube a été pensé pour que chacun·e puisse se réapproprier ses moyens de diffusion. Pour paraphraser John Lennon, c’est du « Software To The People ».

Le principe, c’est que PeerTube n’est pas une plateforme unique : c’est un logiciel, que l’on installe sur un serveur, afin de créer son vidéo-tube maison… Si vous créez votre instance PeerTube, vous pourrez choisir de la relier aux autres instances, histoire de ne pas rester isolé·e sur votre coin de la toile, de partager vos catalogues de vidéos. Et, en hébergeant votre instance PeerTube (ou celle de votre média, votre association, votre institution, votre collectif artistique, etc.) vous reprenez le pouvoir !

Par exemple : l’IUT d’Orsay a ouvert son instance PeerTube sur laquelle les enseignant⋅e⋅s ou étudiant⋅e⋅s autorisé⋅e⋅s peuvent mettre en ligne leurs vidéos. D’un autre côté, l’Académie de Lyon a aussi ouvert une instance PeerTube. Ces deux instances du logiciel PeerTube peuvent être connectées entre elles. De cette façon, les étudiants de l’IUT d’Orsay peuvent chercher et regarder depuis *leur* portail les vidéos présentes sur le portail de l’académie de Lyon, sans avoir à changer de site web. Maintenant, imaginez que des dizaines ou centaines de structures éducatives fassent de même : on aurait des portails « Vidéos éducatives » comprenant des dizaines de milliers de vidéos fédérées, sans avoir à centraliser toutes les vidéos au même endroit. Évidemment, on peut imaginer d’autres portails vidéos sur d’autres thématiques (la politique, la science, les jeux vidéos, etc.)

Mais comme on dit : un grand pouvoir implique de grandes responsabilités… Si sur votre instance PeerTube, vous hébergez des contenus illicites, c’est vous que la Justice viendra voir ! C’est pour cela que, lorsqu’une personne prend la responsabilité d’héberger des vidéos, elle a le pouvoir de choisir ses règles du jeu, ses conditions d’utilisation, et de pratiquer sa modération. Vous pouvez, d’ores et déjà, créer « BlueTube » et exiger que toutes les vidéos téléversées soient bleues. Plus prosaïquement, il y a un QueerTube qui est en train de se faire, afin que les communautés LGBTQ+ aient un espace sécurisé où poster et partager leurs vidéos, tandis que des vidéastes (Datagueule, Thinkerview), des villes (comme celle de Fontaine), des organismes d’éducation ont également créé leur instance PeerTube. Tiens on peut même ajouter le tout récent exemple de Blender qui vient de s’installer une instance pour tester PeerTube, tellement YouTube leur était pénible par ses exigences de monétisation.

Tout l’enjeu a été de concevoir le logiciel PeerTube afin de véritablement démocratiser l’hébergement de vidéos. Google a besoin d’énormes fermes de serveurs pour centraliser les vidéos (et les attentions) du monde entier. Mais Internet est capable de faire bien mieux que cela !

En utilisant un système de Fédération (le protocole ActivityPub) on peut mettre en commun nos catalogues de vidéos, alors que chaque instance n’héberge que ses propres vidéos sur ses disques durs. De même, la diffusion de vidéos en pair-à-pair (propulsée par la technologie WebTorrent) permet de délester le serveur lorsqu’une vidéo devient virale… Enfin, en ce qui concerne la rémunération des créateur·ice·s de vidéos, PeerTube est techniquement neutre. Il n’y a, pour l’instant, qu’un bouton « soutenir » sous chaque vidéo. C’est à la personne qui a téléversé cette vidéo de choisir ce qu’elle met derrière ce bouton : cela peut être un lien Paypal, Liberapay ou Tipeee, mais aussi une injonction à contacter ses député·e·s ou un mot disant « Si vous avez aimé cette vidéo, envoyez une jolie carte postale à ma grand-mère » !

En fait, le logiciel PeerTube a été pensé, jusque dans son code, hors des sentiers battus et rebattus par Google. Car il est possible de faire, ensemble, un Internet plus mature, plus responsable et donc plus éthique.

Mr Mondialisation : Vous insistez sur deux aspects : le caractère libre et décentralisé de la plateforme. En quoi ce sont des principes politiques, c’est-à-dire qu’ils n’intéressent pas seulement les internautes, mais aussi tous les citoyens et les citoyennes ?

Pouhiou : Un logiciel libre, c’est une condition nécessaire à notre émancipation numérique. Car ce n’est pas le logiciel qui est libre : c’est nous, citoyennes et citoyens ! Un logiciel est dit « libre » lorsqu’il est accompagné d’une licence (donc un contrat, légalement opposable et ouvert à quiconque) qui garantit les libertés fondamentales des utilisateurs et utilisatrices de ce logiciel. Lorsqu’il y a une licence libre, nous sommes sûr·e·s que nous pouvons utiliser le logiciel comme bon nous semble, l’étudier (pour voir s’il n’y a pas de failles ni de portes dérobées, par exemple), le modifier et le diffuser à volonté.

L’idée derrière tout cela, c’est que les humain·e·s restent en maîtrise de la machine, et non l’inverse. Si vous trouvez qu’il manque quelque chose à PeerTube, vous avez le droit de coder une nouvelle fonctionnalité (ou de la faire coder !). Si, un jour, vous n’avez plus confiance en Framasoft et à la direction donnée à PeerTube, vous pouvez « fourcher » le projet, c’est-à-dire développer un « AutrePeerTube », et donc influencer sa gouvernance (comme cela a pu arriver avec LibreOffice, le fourchage de la suite bureautique OpenOffice).

Si l’aspect Libre est une condition nécessaire à l’émancipation des personnes, elle n’est pas suffisante. Chaque jour, nous prenons graduellement conscience des dérives de la centralisation de nos données. Les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft), et plus généralement les « big data » centralisent tellement nos usages, nos informations sociales et nos attentions qu’elles sont en position hégémonique. Ces entreprises exercent sur nous une triple domination : économique (ce sont les plus grosses puissances financières mondiales), technologique (elles peuvent acheter, freiner et diriger les innovations) et politique (lobbyisme, influence culturelle et sociale… les exemples se succèdent chaque jour !).

Les révélations d’Edward Snowden nous ont montré combien il est tentant, lorsqu’on est une grande puissance politique, d’aller frapper à la porte de Facebook, Microsoft ou Google, où nous avons toutes et tous confié les traces de nos vies, de nos échanges. Plus nous essaimerons nos données personnelles et sociales, plus il sera difficile et coûteux de nous espionner, de nous diriger, et ce que ce soit pour des entreprises ou des pouvoirs politiques

Une alternative plus éthique et plus mature passe forcément par la décentralisation : comme on disait dans le hameau ariégeois de mon enfance « il ne faut pas mettre tous ses œufs toutes ses datas dans le même panier ! ».

Mr Mondialisation : Concrètement, avec les moyens (très) modestes qui sont les vôtres, comment entendez-vous tenir tête à YouTube ? N’est-ce pas David contre Goliath ?

Pouhiou : Comment ? Déjà en prenant le temps de faire les choses bien, et collectivement. PeerTube n’est pas un « Youtube-killer », certainement pas aujourd’hui. À ses balbutiements, le logiciel était déjà prometteur. Avec l’aide de notre communauté, nous l’avons mené jusqu’à une version bêta, rendue publique en mars dernier.

Aujourd’hui, plus de cent instances publiques diffusent et partagent plus de 10 000 vidéos. Cette bêta nous a permis de démontrer que le logiciel fonctionne, que ses principes sont solides, et qu’il y a une attente, une envie de le voir grandir. Cela nous a aussi permis de récolter les attentes, les retours, les envies des gens qui s’y intéressent, afin de co-construire la feuille de route de son développement.

Mais PeerTube n’est pas encore dans sa v1, sa première version stable ! Il lui manque des fonctionnalités essentielles, telles que les sous-titres de vidéos, la possibilité d’afficher plusieurs langues dans l’interface, un module de recherche avancée ou la facilitation de l’import des vidéos depuis d’autres plateformes. C’est pour cela que nous faisons appel à la générosité commune dans une financement participatif : nous avons besoin de moyens pour poursuivre son développement, ainsi que de personnes qui sauront s’intéresser à cette alternative et la faire connaître autour d’elles.

Plus que le combat biblique de David contre Goliath, je pense que nous sommes dans la métaphore de la fourmi qui vit à côté du dinosaure. Seule, la fourmi ne va pas pouvoir faire grand-chose. Mais si nous nous y mettons à plusieurs fourmilières, si on creuse assez de canaux entre nous, alors nous avons une chance de laisser le dino fossiliser dans son coin, et de ne plus avoir besoin de lui ! Oui, je sais, cela peut paraître utopiste : ça tombe bien, à Framasoft nous nous revendiquons comme Utopistes ! D’ailleurs, PeerTube est une des douze actions de notre feuille de route 2017-2020, que nous avons nommée Contributopia … tout un programme, non ?

Le but, avec PeerTube, c’est de créer une alternative : à l’image des personnes qui n’ont pas voulu croire que l’alimentation se réduit à Carrefour-Monsanto-MacDo et qui se sont organisées pour créer des réseaux d’AMAP, du circuit-court, de l’agriculture raisonnée, etc. Cette alternative ne va pas forcément remplacer YouTube-Daily-Viméo-FBvidéos (même si j’espère que, d’ici 5 ans, ces dinosaures prédateurs tomberont en désuétude). En fait, on veut participer à la construction d’un réseau résilient d’intelligences collectives plutôt que de dépendre d’un mastodonte avec un seul cerveau. Car si PeerTube existe, devient pratique, facile et utilisé, alors nous aurons gagné notre pari : sortir de cet « internet-à-choix-unique », où les plateformes centralisatrices sont notre seule option, et ce « mal nécessaire » auquel nous succombons tous.

Alors oui, il reste du boulot, et ça n’arrivera pas du jour au lendemain (ni même lors de la version 1, prévue pour octobre 2018 si le financement réussit). Ce n’est pas grave, car à Framasoft, on a un slogan : « La route est longue, mais la voie est Libre ! »

Mr Mondialisation : De manière générale, que pensez-vous des évolutions les plus récentes du web, que ce soit la chasse aux fake-news ou le RGPD ? Assistons nous à une grande bataille pour la liberté sur internet ?

Pouhiou : Nous assistons au moins à une grande prise de conscience des enjeux du numérique.

Il faut se rendre compte que le numérique, et plus particulièrement Internet, sont des évolutions très récentes dans nos civilisations. Face au numérique, nous avons d’abord été des enfants, enthousiastes, expérimentant, empli·e·s de rêves et d’idéaux. Chacun·e a fait un peu tout et n’importe quoi à l’époque des pages persos, de la blogosphère, et des partages culturels à torrents.

Là, nous sortons à peine d’une adolescence difficile. Pendant que nous étions encore dans l’innocence, l’économie de marché a pullulé en ligne, s’est emparée d’un peu tout, a centralisé nos créations, nos échanges et nos attentions. Shoshana Zuboff, Aral Balkan ou encore Christophe Masutti décrivent très bien les mécanismes du « capitalisme de surveillance » un capitalisme qui n’essaie plus de s’adresser à un consommateur, une consommatrice, mais bien de diriger les envies et les actions de groupes sociaux entiers (voire de peuples, dans les cas les plus effrayants).

En tant que jeunes adultes du numérique, nous commençons à prendre conscience de là où nous a mené notre innocence, notre confiance aveugle : des révélations d’Edward Snowden en 2013 au tout récent scandale Cambridge Analytica, il n’est plus possible de fermer les yeux sur la place qu’a prise le numérique dans nos vies, ni sur les dérives systémiques du capitalisme de surveillance.

Forcément, cette prise de conscience se ressent aussi dans l’échiquier politicien, que ce soit avec des lois telles que le RGPD, dont on espère que les conséquences seront tenues fermement, ou avec des lois anti-fake-news où le remède pourrait bien être pire que le mal, suivant comment elles sont écrites et appliquées. De plus, avec le jeu des lobbies, le pouvoir politique fait souvent le grand écart : on le voit avec l’Europe qui d’un côté attaque Google avec des lois anti-trust ou établit le RGPD, et qui d’un autre s’apprête à voter le filtrage d’Internet avec l’article 13 de la directive sur le droit d’auteur.

Nombre de militant·e·s du logiciel libre couvrent ces sujets (La Quadrature du Net,l’April, etc.). Notre travail, à Framasoft, est complémentaire : nous souhaitons créer les outils numériques qui favorisent une société de contribution et qui permettent de s’émanciper numériquement. Nous souhaitons proposer une alternative aux plateformes centralisatrices qui nous abaissent au rang de vulgaires consommatrices et consommateurs du numérique.

Entre 2014 et 2017, lorsque nous avons mené notre campagne Dégooglisons Internet, peu de monde s’y intéressait et croyait que cela était possible. En 2016, nous avons impulsé la création ducollectif CHATONS (« Collectif des Hébergeurs Alternatifs, Transparents, Ouverts, Neutres et Solidaires »). Ce collectif regroupe et fédère plusieurs dizaines de structures partageant nos valeurs et objectifs : les CHATONS se positionnent comme des « AMAP du numérique ». Aujourd’hui, alors que nous explorons les sentiers de Contributopia, nous voyons combien les consciences ont évolué et que l’envie d’un numérique éthique est partagée. Cela tombe bien : si on veut que nos utopies deviennent réalité, chacune et chacun devra, à son échelle, y contribuer.


CC-By-SA LILA https://libreart.info/fr/

Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à vous. Afin de perpétuer ce travail,soutenez-nous aujourd’hui par un simple thé 😉

\#citoyens #framasoft #gafam #internet #libre
Cet article est disponible ici: https://mrmondialisation.org/peertube-framasoft-lance-son-alternative-libre-a-youtube/
PeerTube : Framasoft lance son alternative Libre à YouTube

 
PeerTube : Framasoft lance son alternative Libre à YouTube

À l’image des autres GAFAM, YouTube (possédé par Google depuis 2006) s’immisce chaque jour un peu plus dans la vie privée des citoyens et des citoyennes du monde entier tout en vendant du « temps de cerveau disponible » aux annonceurs si bien que leur univers se rapproche chaque jour un peu plus de ce qu’on nous sert déjà à la télévision. Avec PeerTube, Framasoft a pour ambition de montrer qu’un autre internet, celui de la contribution, est possible. En fait, l’Internet comme il l’était à l’origine : LIBRE. Pouhiou*, chargé de communication chez Framasoft nous explique ce projet tant attendu du monde militant ainsi que « pourquoi le défi d’un internet libre et décentralisé est devenu un véritable enjeu de société ».

Mr Mondialisation : Cher Pouhiou, pourquoi estimez-vous nécessaire de développer un système d’hébergement de vidéo alternatif à YouTube aujourd’hui ?

Pouhiou : Le YouTube de Google symbolise assez bien tout ce qu’il y a de toxique dans les grandes plateformes qui centralisent nos attentions et nos données (on peut également citer parmi elles le Dailymotion de Vivendi-Universal, Facebook Vidéos, etc.) On voit bien que le grand gagnant de YouTube, c’est Google : avec sa position hégémonique, Google fait la loi sur ce que l’on regarde, tel un ORTF 2.0.

Google décide des règles du jeu, avec par exemple ContentID, son « robocopyright » qui filtre les contenus de manière arbitraire, qui favorise les industries culturelles, et figure régulièrement dans la chronique « Copyright Madness » tant ses dérives automatisées sont nombreuses. [À noter que Mr Mondialisation fut à plusieurs reprises victime de cette forme de censure sur Youtube]

Google décide aussi de quels contenus seront mis en avant, que ce soit pour nous entraîner dans une boucle de vidéos de plus en plus extrémistes (comme le rapporte une personne ayant travaillé sur cet algorithme), ou plus simplement pour plaire aux annonceurs en démonétisant les vidéos de femmes qui parlent de leur corps et de leurs sexualités (et qui ont protesté avec #MonCorpsSurYouTube).

Enfin, Google tente de maîtriser ce que nous faisons de notre temps de vie. Vous avez déjà vécu cette « spirale YouTube » où vous ne vouliez voir qu’une vidéo YouTube et l’instant d’après il est 3h du matin, et vous n’avez pas vu le temps passer…? C’est un effet volontaire du design de YouTube, et une des nombreuses techniques expliquées par un ex-éthicien du design chez Google, Tristan Harris.

Le problème est double. D’une part, avec YouTube, Google a réussi à centraliser nos créations et donc nos attentions. Comme on y trouve de tout, c’est là qu’on va chercher nos vidéos. D’autre part, Google a intimement lié un outil de diffusion des vidéos (YouTube) à un modèle économique, celui de la pub, de l’économie de l’attention. Mais en vrai, on n’est pas obligé·e·s de faire comme Google, de s’enfermer dans son modèle.


CC-By-SA LILA https://libreart.info/fr/
Mr Mondialisation : En quoi PeerTube se distinguera alors de l’existant dans son fonctionnement ?

Pouhiou : PeerTube a été pensé pour que chacun·e puisse se réapproprier ses moyens de diffusion. Pour paraphraser John Lennon, c’est du « Software To The People ».

Le principe, c’est que PeerTube n’est pas une plateforme unique : c’est un logiciel, que l’on installe sur un serveur, afin de créer son vidéo-tube maison… Si vous créez votre instance PeerTube, vous pourrez choisir de la relier aux autres instances, histoire de ne pas rester isolé·e sur votre coin de la toile, de partager vos catalogues de vidéos. Et, en hébergeant votre instance PeerTube (ou celle de votre média, votre association, votre institution, votre collectif artistique, etc.) vous reprenez le pouvoir !

Par exemple : l’IUT d’Orsay a ouvert son instance PeerTube sur laquelle les enseignant⋅e⋅s ou étudiant⋅e⋅s autorisé⋅e⋅s peuvent mettre en ligne leurs vidéos. D’un autre côté, l’Académie de Lyon a aussi ouvert une instance PeerTube. Ces deux instances du logiciel PeerTube peuvent être connectées entre elles. De cette façon, les étudiants de l’IUT d’Orsay peuvent chercher et regarder depuis *leur* portail les vidéos présentes sur le portail de l’académie de Lyon, sans avoir à changer de site web. Maintenant, imaginez que des dizaines ou centaines de structures éducatives fassent de même : on aurait des portails « Vidéos éducatives » comprenant des dizaines de milliers de vidéos fédérées, sans avoir à centraliser toutes les vidéos au même endroit. Évidemment, on peut imaginer d’autres portails vidéos sur d’autres thématiques (la politique, la science, les jeux vidéos, etc.)

Mais comme on dit : un grand pouvoir implique de grandes responsabilités… Si sur votre instance PeerTube, vous hébergez des contenus illicites, c’est vous que la Justice viendra voir ! C’est pour cela que, lorsqu’une personne prend la responsabilité d’héberger des vidéos, elle a le pouvoir de choisir ses règles du jeu, ses conditions d’utilisation, et de pratiquer sa modération. Vous pouvez, d’ores et déjà, créer « BlueTube » et exiger que toutes les vidéos téléversées soient bleues. Plus prosaïquement, il y a un QueerTube qui est en train de se faire, afin que les communautés LGBTQ+ aient un espace sécurisé où poster et partager leurs vidéos, tandis que des vidéastes (Datagueule, Thinkerview), des villes (comme celle de Fontaine), des organismes d’éducation ont également créé leur instance PeerTube. Tiens on peut même ajouter le tout récent exemple de Blender qui vient de s’installer une instance pour tester PeerTube, tellement YouTube leur était pénible par ses exigences de monétisation.

Tout l’enjeu a été de concevoir le logiciel PeerTube afin de véritablement démocratiser l’hébergement de vidéos. Google a besoin d’énormes fermes de serveurs pour centraliser les vidéos (et les attentions) du monde entier. Mais Internet est capable de faire bien mieux que cela !

En utilisant un système de Fédération (le protocole ActivityPub) on peut mettre en commun nos catalogues de vidéos, alors que chaque instance n’héberge que ses propres vidéos sur ses disques durs. De même, la diffusion de vidéos en pair-à-pair (propulsée par la technologie WebTorrent) permet de délester le serveur lorsqu’une vidéo devient virale… Enfin, en ce qui concerne la rémunération des créateur·ice·s de vidéos, PeerTube est techniquement neutre. Il n’y a, pour l’instant, qu’un bouton « soutenir » sous chaque vidéo. C’est à la personne qui a téléversé cette vidéo de choisir ce qu’elle met derrière ce bouton : cela peut être un lien Paypal, Liberapay ou Tipeee, mais aussi une injonction à contacter ses député·e·s ou un mot disant « Si vous avez aimé cette vidéo, envoyez une jolie carte postale à ma grand-mère » !

En fait, le logiciel PeerTube a été pensé, jusque dans son code, hors des sentiers battus et rebattus par Google. Car il est possible de faire, ensemble, un Internet plus mature, plus responsable et donc plus éthique.

Mr Mondialisation : Vous insistez sur deux aspects : le caractère libre et décentralisé de la plateforme. En quoi ce sont des principes politiques, c’est-à-dire qu’ils n’intéressent pas seulement les internautes, mais aussi tous les citoyens et les citoyennes ?

Pouhiou : Un logiciel libre, c’est une condition nécessaire à notre émancipation numérique. Car ce n’est pas le logiciel qui est libre : c’est nous, citoyennes et citoyens ! Un logiciel est dit « libre » lorsqu’il est accompagné d’une licence (donc un contrat, légalement opposable et ouvert à quiconque) qui garantit les libertés fondamentales des utilisateurs et utilisatrices de ce logiciel. Lorsqu’il y a une licence libre, nous sommes sûr·e·s que nous pouvons utiliser le logiciel comme bon nous semble, l’étudier (pour voir s’il n’y a pas de failles ni de portes dérobées, par exemple), le modifier et le diffuser à volonté.

L’idée derrière tout cela, c’est que les humain·e·s restent en maîtrise de la machine, et non l’inverse. Si vous trouvez qu’il manque quelque chose à PeerTube, vous avez le droit de coder une nouvelle fonctionnalité (ou de la faire coder !). Si, un jour, vous n’avez plus confiance en Framasoft et à la direction donnée à PeerTube, vous pouvez « fourcher » le projet, c’est-à-dire développer un « AutrePeerTube », et donc influencer sa gouvernance (comme cela a pu arriver avec LibreOffice, le fourchage de la suite bureautique OpenOffice).

Si l’aspect Libre est une condition nécessaire à l’émancipation des personnes, elle n’est pas suffisante. Chaque jour, nous prenons graduellement conscience des dérives de la centralisation de nos données. Les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft), et plus généralement les « big data » centralisent tellement nos usages, nos informations sociales et nos attentions qu’elles sont en position hégémonique. Ces entreprises exercent sur nous une triple domination : économique (ce sont les plus grosses puissances financières mondiales), technologique (elles peuvent acheter, freiner et diriger les innovations) et politique (lobbyisme, influence culturelle et sociale… les exemples se succèdent chaque jour !).

Les révélations d’Edward Snowden nous ont montré combien il est tentant, lorsqu’on est une grande puissance politique, d’aller frapper à la porte de Facebook, Microsoft ou Google, où nous avons toutes et tous confié les traces de nos vies, de nos échanges. Plus nous essaimerons nos données personnelles et sociales, plus il sera difficile et coûteux de nous espionner, de nous diriger, et ce que ce soit pour des entreprises ou des pouvoirs politiques

Une alternative plus éthique et plus mature passe forcément par la décentralisation : comme on disait dans le hameau ariégeois de mon enfance « il ne faut pas mettre tous ses œufs toutes ses datas dans le même panier ! ».

Mr Mondialisation : Concrètement, avec les moyens (très) modestes qui sont les vôtres, comment entendez-vous tenir tête à YouTube ? N’est-ce pas David contre Goliath ?

Pouhiou : Comment ? Déjà en prenant le temps de faire les choses bien, et collectivement. PeerTube n’est pas un « Youtube-killer », certainement pas aujourd’hui. À ses balbutiements, le logiciel était déjà prometteur. Avec l’aide de notre communauté, nous l’avons mené jusqu’à une version bêta, rendue publique en mars dernier.

Aujourd’hui, plus de cent instances publiques diffusent et partagent plus de 10 000 vidéos. Cette bêta nous a permis de démontrer que le logiciel fonctionne, que ses principes sont solides, et qu’il y a une attente, une envie de le voir grandir. Cela nous a aussi permis de récolter les attentes, les retours, les envies des gens qui s’y intéressent, afin de co-construire la feuille de route de son développement.

Mais PeerTube n’est pas encore dans sa v1, sa première version stable ! Il lui manque des fonctionnalités essentielles, telles que les sous-titres de vidéos, la possibilité d’afficher plusieurs langues dans l’interface, un module de recherche avancée ou la facilitation de l’import des vidéos depuis d’autres plateformes. C’est pour cela que nous faisons appel à la générosité commune dans une financement participatif : nous avons besoin de moyens pour poursuivre son développement, ainsi que de personnes qui sauront s’intéresser à cette alternative et la faire connaître autour d’elles.

Plus que le combat biblique de David contre Goliath, je pense que nous sommes dans la métaphore de la fourmi qui vit à côté du dinosaure. Seule, la fourmi ne va pas pouvoir faire grand-chose. Mais si nous nous y mettons à plusieurs fourmilières, si on creuse assez de canaux entre nous, alors nous avons une chance de laisser le dino fossiliser dans son coin, et de ne plus avoir besoin de lui ! Oui, je sais, cela peut paraître utopiste : ça tombe bien, à Framasoft nous nous revendiquons comme Utopistes ! D’ailleurs, PeerTube est une des douze actions de notre feuille de route 2017-2020, que nous avons nommée Contributopia … tout un programme, non ?

Le but, avec PeerTube, c’est de créer une alternative : à l’image des personnes qui n’ont pas voulu croire que l’alimentation se réduit à Carrefour-Monsanto-MacDo et qui se sont organisées pour créer des réseaux d’AMAP, du circuit-court, de l’agriculture raisonnée, etc. Cette alternative ne va pas forcément remplacer YouTube-Daily-Viméo-FBvidéos (même si j’espère que, d’ici 5 ans, ces dinosaures prédateurs tomberont en désuétude). En fait, on veut participer à la construction d’un réseau résilient d’intelligences collectives plutôt que de dépendre d’un mastodonte avec un seul cerveau. Car si PeerTube existe, devient pratique, facile et utilisé, alors nous aurons gagné notre pari : sortir de cet « internet-à-choix-unique », où les plateformes centralisatrices sont notre seule option, et ce « mal nécessaire » auquel nous succombons tous.

Alors oui, il reste du boulot, et ça n’arrivera pas du jour au lendemain (ni même lors de la version 1, prévue pour octobre 2018 si le financement réussit). Ce n’est pas grave, car à Framasoft, on a un slogan : « La route est longue, mais la voie est Libre ! »

Mr Mondialisation : De manière générale, que pensez-vous des évolutions les plus récentes du web, que ce soit la chasse aux fake-news ou le RGPD ? Assistons nous à une grande bataille pour la liberté sur internet ?

Pouhiou : Nous assistons au moins à une grande prise de conscience des enjeux du numérique.

Il faut se rendre compte que le numérique, et plus particulièrement Internet, sont des évolutions très récentes dans nos civilisations. Face au numérique, nous avons d’abord été des enfants, enthousiastes, expérimentant, empli·e·s de rêves et d’idéaux. Chacun·e a fait un peu tout et n’importe quoi à l’époque des pages persos, de la blogosphère, et des partages culturels à torrents.

Là, nous sortons à peine d’une adolescence difficile. Pendant que nous étions encore dans l’innocence, l’économie de marché a pullulé en ligne, s’est emparée d’un peu tout, a centralisé nos créations, nos échanges et nos attentions. Shoshana Zuboff, Aral Balkan ou encore Christophe Masutti décrivent très bien les mécanismes du « capitalisme de surveillance » un capitalisme qui n’essaie plus de s’adresser à un consommateur, une consommatrice, mais bien de diriger les envies et les actions de groupes sociaux entiers (voire de peuples, dans les cas les plus effrayants).

En tant que jeunes adultes du numérique, nous commençons à prendre conscience de là où nous a mené notre innocence, notre confiance aveugle : des révélations d’Edward Snowden en 2013 au tout récent scandale Cambridge Analytica, il n’est plus possible de fermer les yeux sur la place qu’a prise le numérique dans nos vies, ni sur les dérives systémiques du capitalisme de surveillance.

Forcément, cette prise de conscience se ressent aussi dans l’échiquier politicien, que ce soit avec des lois telles que le RGPD, dont on espère que les conséquences seront tenues fermement, ou avec des lois anti-fake-news où le remède pourrait bien être pire que le mal, suivant comment elles sont écrites et appliquées. De plus, avec le jeu des lobbies, le pouvoir politique fait souvent le grand écart : on le voit avec l’Europe qui d’un côté attaque Google avec des lois anti-trust ou établit le RGPD, et qui d’un autre s’apprête à voter le filtrage d’Internet avec l’article 13 de la directive sur le droit d’auteur.

Nombre de militant·e·s du logiciel libre couvrent ces sujets (La Quadrature du Net,l’April, etc.). Notre travail, à Framasoft, est complémentaire : nous souhaitons créer les outils numériques qui favorisent une société de contribution et qui permettent de s’émanciper numériquement. Nous souhaitons proposer une alternative aux plateformes centralisatrices qui nous abaissent au rang de vulgaires consommatrices et consommateurs du numérique.

Entre 2014 et 2017, lorsque nous avons mené notre campagne Dégooglisons Internet, peu de monde s’y intéressait et croyait que cela était possible. En 2016, nous avons impulsé la création ducollectif CHATONS (« Collectif des Hébergeurs Alternatifs, Transparents, Ouverts, Neutres et Solidaires »). Ce collectif regroupe et fédère plusieurs dizaines de structures partageant nos valeurs et objectifs : les CHATONS se positionnent comme des « AMAP du numérique ». Aujourd’hui, alors que nous explorons les sentiers de Contributopia, nous voyons combien les consciences ont évolué et que l’envie d’un numérique éthique est partagée. Cela tombe bien : si on veut que nos utopies deviennent réalité, chacune et chacun devra, à son échelle, y contribuer.


CC-By-SA LILA https://libreart.info/fr/

Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à vous. Afin de perpétuer ce travail,soutenez-nous aujourd’hui par un simple thé 😉

\#citoyens #framasoft #gafam #internet #libre
Cet article est disponible ici: https://mrmondialisation.org/peertube-framasoft-lance-son-alternative-libre-a-youtube/
PeerTube : Framasoft lance son alternative Libre à YouTube

 
Bonjour tout le monde, je suis #nouveauici.

Dessinateur depuis quelques années, j'oriente la plupart de mes travaux autour des démarches de #transition et de la #permaculture. J'ai de nombreux centres d'intérêt liés à ces différentes questions : la #coopération, le #jardinage, l' #environnement, le #travail-collaboratif et le secteur #non-marchand, l' #écoconception web, pour ne citer qu'eux.

Si jamais vous êtes curi-eux-euses de découvrir mon travail à travers un de mes différents projets, vous êtes les bienvenu-e-s sur mon blog #permachaos, que vous pouvez trouver à cette adresse : https://permachaos.net . Vous y trouverez des #bandedessinée ( #fr ) et #illustration, sur les thèmes qui me tiennent à coeur. Entre autre, je posterai ici les différentes mises à jour du blog.

J'ai longtemps hésité avant d'ouvrir un compte sur un réseau social (même libre), mais ça y est je me lance ! En avant pour l'expérimentation ! Merci aux personnes qui contribuent à faire fonctionner #diaspora ainsi que #framasoft !

Au plaisir d 'échanger avec vous.

Imadhi

 
Bonjour tout le monde, je suis #nouveauici.

Dessinateur depuis quelques années, j'oriente la plupart de mes travaux autour des démarches de #transition et de la #permaculture. J'ai de nombreux centres d'intérêt liés à ces différentes questions : la #coopération, le #jardinage, l' #environnement, le #travail-collaboratif et le secteur #non-marchand, l' #écoconception web, pour ne citer qu'eux.

Si jamais vous êtes curi-eux-euses de découvrir mon travail à travers un de mes différents projets, vous êtes les bienvenu-e-s sur mon blog #permachaos, que vous pouvez trouver à cette adresse : https://permachaos.net . Vous y trouverez des #bandedessinée ( #fr ) et #illustration, sur les thèmes qui me tiennent à coeur. Entre autre, je posterai ici les différentes mises à jour du blog.

J'ai longtemps hésité avant d'ouvrir un compte sur un réseau social (même libre), mais ça y est je me lance ! En avant pour l'expérimentation ! Merci aux personnes qui contribuent à faire fonctionner #diaspora ainsi que #framasoft !

Au plaisir d 'échanger avec vous.

Imadhi

 
Question: I tried to get myself an account on Framapiaf, the Framasoft Mastodon server. But somehow it always fails: I never got any confirmation email. Any idea, what could be wrong? TIA!

#framasoft #framapiaf #mastodon #question #help

framapiaf.org

Framapiaf est un service de microblog similaire à Twitter. Il est libre, décentralisé et fédéré. Il permet de courts messages (max. 500 caractères), de définir leur degré de confidentialité et de suivre les membres du réseau sans publicité ni pistage.

 

Leaving #Facebook & #Google world (and co.)



#Feedback and seeking your advises



I did it !

Joining D* was the first step of many to win back my #privacy online and stop supporting bad application. Long time this was waiting inside me.
Since it could be useful to others and because I still need some #help to solve some remaining issues, here is a brief "before/after" list :

- #Gmail ~~ #Posteo.de
Most difficult service to replace. This one is for me the best equation including social responsibility, privacy, email extension convenience, user interface not too far behind Gmail
- #Drive #storage ~~ #Owncloud at ocloud.de, free bundle for now
- #Drive #collaboration ~~ #Framapad for text and have to try framacalc to see if powerful enough for sheet
- #Drive #share ~~ #Framadrop for temporary sharing and my owncloud otherwise
- #Agenda ~~ ... my notebook, no IT, just some paper and the #bulletjournal approach
- #Google ~~ #DuckDuckGo
- #Hangout / #Skype ~~ #Framatalk based on #JitsiMeet
- #Chat ~~ no solution :'( someone has one ? #HELP
- #GoogleMap ~~ #Openstreetmap
- #Pocket ~~ #Framabag based on #Wallabag
- #Facebook / #Twitter ~~ #Diaspora*
- #Smartphone ~~ my #Fairphone let you choose and #android with our without #googleapps, I'll just reset it !
- was already using #Firefox (ouf ! at least, one was right ^^)

If you have any suggestion or solution for the chat / instant messaging, feel free :) I really don't know how to get rid of messenger or whatsapp... Using them a lot and removing those will make a severe cut with my friends and family...

A big thanks to #Framasoft and their project "Dégooglisons l'internet"
#howto #ungoogle #needhelp #onlinerebirth #toomuchtags

Dégooglisons Internet - Liste des alternatives - Framasoft

Dégooglisons Internet - Liste des alternatives - Framasoft

 

Leaving #Facebook & #Google world (and co.)



#Feedback and seeking your advises



I did it !

Joining D* was the first step of many to win back my #privacy online and stop supporting bad application. Long time this was waiting inside me.
Since it could be useful to others and because I still need some #help to solve some remaining issues, here is a brief "before/after" list :

- #Gmail ~~ #Posteo.de
Most difficult service to replace. This one is for me the best equation including social responsibility, privacy, email extension convenience, user interface not too far behind Gmail
- #Drive #storage ~~ #Owncloud at ocloud.de, free bundle for now
- #Drive #collaboration ~~ #Framapad for text and have to try framacalc to see if powerful enough for sheet
- #Drive #share ~~ #Framadrop for temporary sharing and my owncloud otherwise
- #Agenda ~~ ... my notebook, no IT, just some paper and the #bulletjournal approach
- #Google ~~ #DuckDuckGo
- #Hangout / #Skype ~~ #Framatalk based on #JitsiMeet
- #Chat ~~ no solution :'( someone has one ? #HELP
- #GoogleMap ~~ #Openstreetmap
- #Pocket ~~ #Framabag based on #Wallabag
- #Facebook / #Twitter ~~ #Diaspora*
- #Smartphone ~~ my #Fairphone let you choose and #android with our without #googleapps, I'll just reset it !
- was already using #Firefox (ouf ! at least, one was right ^^)

If you have any suggestion or solution for the chat / instant messaging, feel free :) I really don't know how to get rid of messenger or whatsapp... Using them a lot and removing those will make a severe cut with my friends and family...

A big thanks to #Framasoft and their project "Dégooglisons l'internet"
#howto #ungoogle #needhelp #onlinerebirth #toomuchtags

Dégooglisons Internet - Liste des alternatives - Framasoft

Dégooglisons Internet - Liste des alternatives - Framasoft

 
Immagine/foto
Immagine/foto
Immagine/foto
Immagine/foto
J'ai passé une super journée au #Fosdem J'ai pu croiser @Fla et @Thomas Citharel de #Framasoft sur le stand #diaspora

Bien entendu j'ai collecté de nombreux stickers qui vont prochainement décoré mon PC et un poster que je ne manquerais pas d'afficher au bureau :)

J'ai aussi assisté à différentes conférences dont une ou j'ai pas compris grand chose mais @David B. par contre était dans on élément ;)

J'en profite pour partager quelques photos

 
Immagine/foto
Immagine/foto
Immagine/foto
Immagine/foto
J'ai passé une super journée au #Fosdem J'ai pu croiser @Fla et @Thomas Citharel de #Framasoft sur le stand #diaspora

Bien entendu j'ai collecté de nombreux stickers qui vont prochainement décoré mon PC et un poster que je ne manquerais pas d'afficher au bureau :)

J'ai aussi assisté à différentes conférences dont une ou j'ai pas compris grand chose mais @David B. par contre était dans on élément ;)

J'en profite pour partager quelques photos

 
Salut à toutes, à tous et aux autres,

Je débarque sur les réseaux sociaux des côtes européennes, #NouveauIci ou #NouvelleIci (à vous de voir), je kiffe, je surkiffe, j’ultra-kiffe #FramaSoft et je découvre #Diaspora (qui me plait déjà)!
Vous pouvez aussi me trouver sur les côtes États-Uniennes chez #MindsCom: xSquid | Minds.

Voilà pour les présentations :-)

- - -
xSquid: C’est en partageant que l’on devient partageur.
Serge Soudoplatoff : Quand on partage un bien matériel, il se divise, quand on partage un bien immatériel, il se multiplie.

https://framasphere.org/people/858d38f0c6910134f5e82a0000053625

 
Salut à toutes, à tous et aux autres,

Je débarque sur les réseaux sociaux des côtes européennes, #NouveauIci ou #NouvelleIci (à vous de voir), je kiffe, je surkiffe, j’ultra-kiffe #FramaSoft et je découvre #Diaspora (qui me plait déjà)!
Vous pouvez aussi me trouver sur les côtes États-Uniennes chez #MindsCom: xSquid | Minds.

Voilà pour les présentations :-)

- - -
xSquid: C’est en partageant que l’on devient partageur.
Serge Soudoplatoff : Quand on partage un bien matériel, il se divise, quand on partage un bien immatériel, il se multiplie.

https://framasphere.org/people/858d38f0c6910134f5e82a0000053625

 
Oh, ça fait causer à travers les frontières, bandes de rebelles :p

http://www.worldcrunch.com/tech-science/the-open-source-group-trying-to-quotde-googlequot-the-internet

#framasoft #degooglisation #gloire #amou-et-beauté #framatrucs

The Open-Source Group Trying To "De-Google" The Internet

PARIS — How can we surf the web without using Google, Amazon or Facebook? French group Framasoft, which promotes the use of open-source software, offers a way.

Under t...

 
Oh, ça fait causer à travers les frontières, bandes de rebelles :p

http://www.worldcrunch.com/tech-science/the-open-source-group-trying-to-quotde-googlequot-the-internet

#framasoft #degooglisation #gloire #amou-et-beauté #framatrucs

The Open-Source Group Trying To "De-Google" The Internet

PARIS — How can we surf the web without using Google, Amazon or Facebook? French group Framasoft, which promotes the use of open-source software, offers a way.

Under t...

 
#Wikipédia #francophone a perdu 3 places depuis l'année dernière (en nombre absolu de pages) et se fait dépasser par... wikipédia en néerlandais. Wiki FR a besoin de (beaucoup) plus de créateurs de pages. https://meta.wikimedia.org/wiki/List_of_Wikipedias/fr

Apportez vous aussi votre pierre à l'édifice et contribuez au savoir #universel. Au boulot.

#wikipedia #foundation #fondation #francophonie #français #francais #savoir #monde #lemonde #news #encyclopédie #science #arts #photo #photographie #enligne #musique #culture #médecine #physique #chimie #astronomie #politique #sciences #industries #agriculture #vegan #végan #végétarien #vegetarian #french #alimentation #paris #marseille #bordeaux #quebec #québec #genève #suisse #france #belgique #bruxelles #louvain #belgium #europe #monaco #algérie #algeria #tunisie #strasbourg #knowledge #esprit #internet #hack #blog #blogue #lyon #montreux #montréal #newyork #guyane #tahiti #polynésie #cotedivoire #ivorycoast #maroc #liban #israel #israël #géorgie #roumanie #romania #autriche #austria #learn #language #bilingual #bilingualism #teaching #school #schooling #facebook #twitter #infos #newspaper #2017 #newyear #action #bonneaction #newyearresolution #résolution #nouvelan #astrophysique #échec #maths #math #psychologie #géographie #histoire #connaissance #framasoft #frama #framasphere #city #town #building #villes #ville #towns #usa #uk #gb #brexit #frexit #italexit #écologie #ecology #environment #environnement #help #nouveauici #nouvelleici #aide #projet

List of Wikipedias/fr - Meta



 
Demain (2015) le film de #MélanieLaurent et #CyrilDion: http://dai.ly/x4i5asq

#films-cinema #films #film #gratuit #JacquesPerrin #nature #environnement #écologie #forêt #agriculture #permaculture #agriculture-raisonnée #bio #biologique #dégooglisons #monnaie #économie #écolonomie #dailymotion #vidéo #documentaire #youtube #docu #cinéma #france #canada #québec #afrique #congo #belgique #angleterre #GB #grandebretagne #suisse #luxembourg #bruxelles #paris #marseille #lyon #toulouse #framasoft #frama #agroécologie #modèle-social #société #changement #progrès #science #agricultureintensive #agriculture-intensive #monsanto #bayer

Dailymotion: Demain (2015) film documentaire de Cyril Dion et Mélanie Laurent - sous-titré en français - 1/2 - vidéo Dailymotion (Fondation)

2è partie: http://dai.ly/x4i5cp6 - diffusion à visée éducative uniquement - N'oubliez pas de désactiver votre bloqueur de publicités sur Dailymotion. 50% des revenus (publicitaires) de ce compte sont reversés à des associations de soutien au logiciel libre (https://Framasoft.org, http://fr.libreoffice.org/, Linux etc...) ou a des jeunes entreprises innovantes par le biais du financement participatif (https://wiseed.com ...). Merci.

 

An alternative to Facebook events | goFLOSS! on WordPress.com



https://gofloss.wordpress.com/2016/12/07/an-alternative-to-facebook-events/

#facebook #diaspora #events #alternative #openevent #framasoft #attendize #freesoftware #floss #selfhost

goFLOSS!: An alternative to Facebook events (stragu)

After leaving Facebook, you realise how much people rely on in to organise events. Some organisations or even administrations actually only use Facebook to publicise their events, and people have t…